Réalisateur : Sheldon Reynolds
Date de sortie : 12 Juillet 1956
Origine : États Unis
Durée : 100 minutes
Genre : Espionnage
Distribution : Robert Mitchum, Geneviève Page, Ingrid Thulin, Eugène Deckers, Jean Galland…

Date sortie Blu ray : 6 mars 2024 éditions Rimini


Les éditions Rimini ont la bonne idée de rééditer en blu-ray, pour une sortie le 6 mars 2024, le film d’espionnage plutôt méconnu L’énigmatique Monsieur D, premier film de Sheldon Reynolds, principalement connu pour avoir réalisé la série Sherlock Holmes (1954). Le film est une adaptation de la série Foreign Intrigue.

Et je dois avouer que je ne connaissais ni l’un ni l’autre, mais étant un grand fan de film d’espionnage et surtout du meilleur acteur du monde :  Robert Mitchum, c’est avec un très grand plaisir que j’ai introduit la galette dans mon lecteur.

Alors L’énigmatique Monsieur D, de quoi ça parle ?

Un riche homme d’affaires, Victor Danemore, décède brutalement d’une crise cardiaque. Dave Bishop (Robert Mitchum), publiciste travaillant pour M. Danemore, et présent lors de son décès, commence à enquêter sur son ancien patron, intrigué par le passé de celui-ci. Il découvre bien vite que M. Danemore était un maître chanteur. Se retrouvant un peu détective malgré lui, Dave Bishop continue son enquête, de plus en plus sombre, enquête qui, en pleine période de guerre froide, va l’emmener au quatre coin de l’Europe.

Et je vais m’arrêter ici, pour ne pas spoiler, mais dans le genre retournement de situation, faux semblants et intrigue à tiroirs, sachez que L’énigmatique Monsieur D se pose là.

En fait, il coche quasiment toutes les cases des clichés du film d’espionnage avec action, énigme (normal vu le titre), femmes fatales, méchants très méchants, avec une bonne dose de nazisme en supplément. Et à vouloir brasser trop large, on perd souvent pied, et le film devient par moment un peu confus. D’autant que surgit tardivement une romance un peu hors sujet et franchement peu palpitante.

Cependant !

Malgré un résultat mitigé, le film n’en est pas moins plein de bonnes intentions qui font mouche.

La première partie est vraiment très bonne, et on cherche de concert avec Dave Bishop, les tenants et aboutissants de l’affaire.


Le jeu d’acteur est très bon, Robert Mitchum en imperméable, offre tout son charisme (et c’est pas rien) à un personnage qui peu à peu se laisse dépasser par les enjeux qu’il affronte. Geneviève Page en veuve pas trop éplorée et Ingrid Thulin en femme fatale apportent leur charme naturel et défendent becs et ongles des rôles pourtant peu originaux.

Non, vraiment, si le film en soit ne révolutionne pas le genre, il n’en demeure pas moins pourvu d’un sacré charme suranné, et se laisse suivre sans déplaisir aucun.

Il ne faut juste pas s’attendre à un chef d’œuvre, et faire preuve d’un peu d’indulgence, L’énigmatique Monsieur D ayant de lourdes références derrière lui (on pensera notamment à Citizen Kane ou à L’homme qui en savait trop) et n’arrivant jamais à se hisser au niveau de ses modèles.

En l’état, reste un film d’espionnage tout à fait recommandable sublimé il est vrai par une édition de très grande qualité.

Eh oui, comme d’habitude, les éditions Rimini ont fait un travail d’orfèvre sur la restauration. Que se soit l’image, somptueuse ou le son, le blu-ray offre un rendu impeccable.

Au niveau des bonus, l’édition privilégie la qualité à la quantité avec une bande annonce et surtout un entretien de 20 minutes, passionnant avec Laurent Aknin, historien du cinéma.

Bref, pour la curiosité, pour la découverte et surtout parce qu’il y a Robert Mitchum, je vous recommande L’énigmatique Monsieur D.


LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici