Date de sortie : 20 novembre 2019 (1h 44min)
Réalisateurs : Jennifer Lee et Chris Buck
Doubleurs principaux : Charlotte Hervieux, Emmylou Homs, Donald Reignoux, Dany Boon
Genre : Animation
Nationalité : Américain
Compositeurs : Christophe Beck, Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez

Une belle introduction éclaircissant le passé.

Six ans après la déferlante de La Reine des Neiges, une suite voit le jour sous l’objectif des mêmes réalisateurs dans un scénario qui tente de s’émanciper encore plus du conte d’origine en mettant en opposition deux royaumes ; difficile de ne pas y voir un rapprochement avec le diptyque Maléfique, dont le deuxième épisode sortait un mois plus tôt. De nouveaux éléments de scénario mettent en lumière le passé d’Arendelle durant l’introduction, pendant laquelle le père d’Elsa et d’Anna mentionne un barrage établi par leur grand-père entre leur royaume et la forêt enchantée de Northuldra. Une séparation qui avait réveillé la colère des quatre esprits élémentaires et provoqué leur courroux.

Quel genre d’humour est-on censé comprendre…
Les mascottes toujours en forme.

Le présent prend place à l’arrivée de l’automne alors qu’Elsa est appelée par une étrange voix qu’elle ne peut s’empêcher de suivre, ce qui provoque une nouvelle fois la colère des esprits et oblige les habitants à évacuer. On retrouve ainsi Anna, Olaf, Kristoff, Sven et Pabbie dans une nouvelle aventure qui doit amener les deux sœurs à réparer les blessures du passé en découvrant ses secrets et l’origine des pouvoirs d’Elsa. Mais comme pour le premier film, la narration est vraiment trop classique et quelques éléments prévisibles entachent le scénario, sans parler des demandes en mariage de Kristoff envers Anna qui peuvent agacer tellement l’évidence de leur déroulement manque de subtilité.

Northuldra, une bien étrange contrée.
De magnifiques images sur les créatures élémentaires.

Le scénario ne manque toutefois pas de qualité dans sa tentative d’enrichir l’univers, à commencer par l’identité propre à chaque élément et la qualité de leur animation. Les chansons restent trop concentrées durant les premières minutes et peinent à réellement se démarquer même si les interprètes sont plus variés que dans le premier film. Charlotte Hervieux ne parvient pas à faire aussi fort avec sa chanson « Dans un autre monde » qu’Anaïs Delva et son célèbre « Libérée, délivrée ». C’est à la limite Dany Boon qui reste assez touchant dans son doublage d’Olaf et le plus efficace dans sa chanson « Quand je serai plus grand » et ses cris effarants. Un film animé plaisant mais Disney nous avait habitué à tellement mieux.


Article précédentLa Famille Addams (2019) de Conrad Vernon et Greg Tiernan
Article suivant[Sortie Blu-ray] Scary Stories de André Øvredal
Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j’ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La Soupe aux Choux, mais avec aussi de nombreux dessins animés comme les courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo, les longs métrages Disney avec Alice au Pays des Merveilles en tête, les animés japonais comme Sailor Moon et Dragon Ball Z ainsi que d’autres séries comme Batman et Tintin. Mes années 90 ont été bercées par les comédies avec Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête) ou d’autres films que j’adore comme Les Valeurs de la Famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à Tout Prix. C’est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par Casino Royale, Et Pour Quelques Dollars de Plus, Kill Bill ou encore Rambo. Collectionneur, j’attache de l’importance au matériel et j’ai réuni trois étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Et plus on découvre de nouveaux films, plus on se rend compte qu’il nous en reste en fait énormément à voir…

Laisser un commentaire