Réalisateur : Stéphan Castang
Origine : Franco – Belge
Durée : 108 minutes
Date de sortie : 15 Novembre 2023
Genre : Thriller, Comédie…
Distribution : Karim Leklou, Vimala Pons, François Chattot, Michaël Perez…

Pour le (bon) cinéma de genre français, 2023 a été une année faste. Entre Acide, Gueules noires, Le Règne animal et le très récent Vermines, les amateurs de films fantastiques ont été gâtés. Parmi ces excellents films, un autre, peut-être un peu moins connu mais tout aussi qualitatif, a réussi à tirer son épingle du jeu.

Vincent doit mourir est un thriller dont le postulat de départ est fichtrement original :

Vincent (Karim Leklou), employé de bureau sans histoire, un peu bobo sur les bords, devient sans signe avant coureur, la victime d’agression violente, de la part de son entourage, sans aucune raison apparente. Un simple regard suffit à enclencher un déchaînement de violence…

Sur cette base anxiogène, Stéphan Castang nous offre un premier long métrage absolument maitrisé, et brassant les genres avec un brio certain, le réalisateur prenant un malin plaisir à faire muter son film passant d’un genre à l’autre pour éviter les redondances.

Le film est à la fois film d’infectés, film pré apocalyptique (selon les termes du réalisateur lui-même), thriller, romance et aussi et surtout comédie sociale. Car le film, bien que noir, regorge d’humour grinçant.

Humour de répétition, humour de situation, dialogues savoureux et même humour scatologique (dans une scène culte en devenir).

De plus le film se paie le luxe de ne pas être trop explicatif du pourquoi du comment, ce qui est assez rafraîchissant dans une industrie qui explique chaque plan comme si le spectateur était trop stupide pour comprendre par lui-même.

Bien sûr, le film n’est pas parfait pour autant : la romance fonctionne moins bien que le thriller, certaines réactions sont incohérentes… Et bien que le film ne soit troisième quart perde un peu en intensité et se trouve donc moins passionnant, ce film est absolument à voir.

Vincent se rend vite compte que ce débordement de violence, vient de contact visuel, le Eye contact selon ses propres termes. Et suite à une agression par les deux enfants de ses voisins, il décide de partir se mettre au vert à la campagne. Il apprend petit à petit qu’il n’est pas le seul dans cette situation. Et c’est là, qu’il va rencontrer Margaux (Vimala Pons). Et c’est là aussi que le film va perdre un peu d’intérêt (attention, l’histoire est touchante, reste interessante, le jeu des acteurs, impérial, y est pour beaucoup) mais ce révèle malheureusement moins passionnant. Et la moral pourrait être : l’amour nous sauve tous. Ce qui est un peu léger. Pas de quoi bouder son plaisir non plus, mais c’est dommage que le film s’axe trop dans son dernier quart.

 

 

Le film nous emmène un peu partout, dans un joyeux foutoir, mais sans nous perdre pour autant. Ce film est un délire jubilatoire et angoissant, un des meilleurs films de cette année 2023, que je vous conseille absolument.

 


LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici