image header le dernier combat

Date de sortie : 6 avril 1983 (1h 32min)
Réalisateur : Luc Besson
Acteurs principaux : Pierre Jolivet, Jean Reno,
Jean Bouise, Fritz Wepper, Petra Müller

Genre : Anticipation, postapocalyptique
Nationalité : Français
Compositeur : Éric Serra
Scénaristes : Pierre Jolivet et Luc Besson
Société de production : Les Films du Loup
Budget : 3,5 millions de francs

Pierre Jolivet en héros en proie à un univers dévasté.

Premier long métrage de Luc Besson sorti en 1983, Le Dernier Combat se distingue des autres œuvres de son époque par le choix d’un film d’anticipation en noir et blanc dont la narration se suit sans aucun dialogue. Reprenant l’intrigue de son court métrage L’Avant-Dernier, il est coscénarisé par Luc Besson et Pierre Jolivet, qui joue également le personnage principal tentant de survivre dans une ville dévastée. L’histoire prend en effet place dans un univers postapocalyptique avec une majorité de survivants hommes cherchant à s’entretuer ou à se protéger des autres.

Un repas avec les moyens du bord.
Jean Reno déjà à fond !

Trouvant refuge auprès d’un médecin incarné par Jean Bouise (Tintin et les Oranges Bleues, Subway, Le Grand Bleu), il est rapidement traqué par une brute interprétée par Jean Reno (Les Visiteurs, Léon, Mission Impossible), qui concrétise une de ses premières apparitions au cinéma. Tourné avec un budget très serré, Le Dernier Combat se démarque par des plans alternant huis clos et panorama, eux-mêmes rythmés par les premières musiques d’Éric Serra pour Luc Besson. Si le tournage a majoritairement eu lieu dans des chantiers et immeubles parisiens, l’illusion du désert a été réalisée à partir de la dune du Pilat.

La fameuse machine pour réapprendre à parler.
Pour en découdre avec style !

Pour renforcer l’aspect postapocalyptique, les hommes sont dépourvus de parole et les rares femmes semblent prisonnières. Certaines ne laissent d’ailleurs apparaître que leurs jambes, Mylène Farmer ayant participé à la figuration plus de vingt ans avant que le réalisateur ne reprenne ses traits pour le personnage de Sélénia dans la trilogie Arthur et les Minimoys. Si l’une des scènes dévoile l’invention d’un gaz qui permet de retrouver brièvement la parole (seul un discret « bonjour » en ressortant), la plupart laissent une certaine place à l’action, avec fabrication d’armes et grille pour barrer un chemin. Un film original marquant les débuts d’une longue collaboration entre Luc Besson, Jean Reno et Éric Serra.


Article précédentLes sorties cinéma du 20 mars
Article suivant[Sortie Blu-ray/DVD] Sous le Tapis de Camille Japy
Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j'ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La soupe aux choux, mais aussi de nombreux dessins animés (courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo ; longs métrages Disney avec Alice au pays des merveilles en tête ; animés japonais avec Sailor Moon et Dragon Ball Z ; j'aime aussi particulièrement Batman et Tintin). Mes années 90 ont été bercées par les comédies de Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête), ou d'autres films que j'adore comme Les valeurs de la famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à tout prix). C'est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par The Dark Knight, Casino Royale, Dragon l'histoire de Bruce Lee ou encore Rambo. Collectionneur, j'attache de l'importance au matériel et j'ai réuni deux étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Il va sans dire qu'il m'en reste encore beaucoup à voir...

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici