Noël chez les Muppets, de Brian Henson

 

Date de sortie : 11 décembre 1992 (États-Unis), 15 décembre 1993 (France)
Réalisateur : Brian Henson
Acteurs / doubleurs principaux : Michael Caine, Edgar Gibry, Michel Elias, Richard Darbois
Genre : Comédie / drame, musical
Nationalité : Américain
Compositeur : Miles Goodman

« Bonjour Monsieur Sans Cœur, Monsieur Sans Scrupule ! »

Neuf années après le superbe Noël de Mickey plaçant Balthazar Picsou dans le rôle d’Ebenezer Scrooge, le vieil avare est de retour dans un film en prises de vue réelles réalisé par Brian Henson (fils de Jim Henson, le créateur des Muppets), mettant ces derniers en scène dans une nouvelle adaptation du conte Un Chant de Noël de Charles Dickens. Il est interprété par le charismatique Michael Caine, connu pour de très nombreux rôles au cinéma depuis les années 1950, dont Hannah et ses Sœurs de Woody Allen, des années avant une reconnaissance du grand public pour son rôle d’Alfred Pennyworth dans la trilogie The Dark Knight. Dès les premières paroles de la chanson d’introduction « Monsieur Scrooge », il est question d’un homme odieux dont le manque d’humanité n’a d’égal que son avarice, ce à quoi il répond régulièrement un froid « Balivernes ! ».

Une belle animation des personnages du Muppet Show.

Usurier employeur de Kermit la Grenouille, il ne cesse en effet de rabaisser ses semblables en n’en voyant que par l’argent et les heures de travail. C’est pourquoi durant la nuit de Noël, les fantômes de ses anciens associés, Jacob et Robert Marley, viennent le hanter afin qu’il se rachète s’il ne veut pas porter de lourdes chaînes une fois dans l’au-delà. Pourvu d’une très bonne animation des Muppets et d’une VF portée par des doubleurs de renom comme Edgar Gibry, Michel Elias et Richard Darbois, le film se regarde aisément comme une comédie de Noël saupoudrée d’un dramatique insistant sur la remise en question de Scrooge. Parsemé de chansons telles que « Marley & Marley » et « La Chanson du Cœur », Noël chez les Muppets retranscrit efficacement le propos du conte originel à travers les souvenirs relatés.

« Nous, Marley et Marley, avides et cupides. On tond les pauvres, on vole les vieux et on ignore les pouilleux. Pour faire les corps, nous sommes très forts, et on sème la panique ! »
« Est-ce qu’on peut influencer le destin ? Est-il possible d’avoir une deuxième chance ? »

Les esprits des Noëls passés, présents et futurs interviennent ainsi un à un pour faire comprendre l’étendue de sa cruauté à Scrooge. Sous la forme d’une fée translucide, d’un homme jovial et d’une mystérieuse silhouette capuchonnée qui rappelle La Mort, ils constituent des entités fantastiques mémorables dans les valeurs propices à la période de Noël qu’ils cherchent à faire passer. La naïveté des Muppets tranche radicalement de la froideur de Michael Caine, qui interprète un Scrooge rigide et détestable avant de trembler devant les fantômes et de finalement regretter ses actes passés. Parmi les nombreuses adaptations du conte de Dickens, Noël chez les Muppets fait partie des plus cultes et des plus singulières grâce à sa réalisation si particulière.

Emmanuel Delextrat

Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j'ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La soupe aux choux, mais aussi de nombreux dessins animés (courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo ; longs métrages Disney avec Alice au pays des merveilles en tête ; animés japonais avec Sailor Moon et Dragon Ball Z ; j'aime aussi particulièrement Batman et Tintin). Mes années 90 ont été bercées par les comédies de Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête), ou d'autres films que j'adore comme Les valeurs de la famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à tout prix). C'est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par The Dark Knight, Casino Royale, Dragon l'histoire de Bruce Lee ou encore Rambo. Collectionneur, j'attache de l'importance au matériel et j'ai réuni deux étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Il va sans dire qu'il m'en reste encore beaucoup à voir...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :