The Dark Knight Rises, l’envol de Christopher Nolan

 

Date de sortie : 20 juillet 2012 (2h34min)
Réalisateur : Christopher Nolan
Acteurs principaux : Christian Bale, Tom Hardy, Anne Hathaway, Marion Cotillard
Genre : Super-héros, action
Nationalité : Américain
Compositeur : Hans Zimmer

Une première scène exagérée qui montre néanmoins la dangerosité de Bane.

Très attendu suite à la richesse scénaristique de son prédécesseur, The Dark Knight Rises vient clore la trilogie de Christopher Nolan dans un contexte assez particulier, le décès de Heath Ledger avant la fin du tournage de The Dark Knight ayant obligé le film à changer de ligne directrice. Le scénario devait en effet être centré sur le procès du Joker, avec un Double Face toujours présent. Au final, Batman disparaît pendant huit ans après avoir pris la responsabilité des méfaits d’Harvey Dent et de sa mort afin de laver la mémoire du chevalier blanc de Gotham. La criminalité baisse alors fortement grâce à l’unité anti-crime de l’ex-procureur pilotée par James Gordon. Mais il fallait bien qu’un nouveau méchant vienne chambouler l’ordre établi afin de pousser Bruce à sortir de son exil !

Affaibli par sa vie retranchée, Bruce va finalement devoir remettre le costume.
Un tel masque couplé à ce faux sourire doit bien cacher quelque chose…

Les rumeurs allant bon train, il est d’abord question de Leonardo DiCaprio pour le rôle de l’Homme Mystère, puis d’un Hugo Strange incarné par Robin Williams. C’est au final Tom Hardy (Inception, Dunkerque) qui obtient le rôle de Bane, bien plus convaincant que dans Batman & Robin, et que l’on aperçoit dès l’introduction virevoltante à bord d’un avion. Nolan reprend aussi d’autres acteurs qui avaient déjà joué dans son précédent film : Joseph Gordon-Levitt pour le rôle de l’agent Blake, ainsi que Marion Cotillard (La Môme, Inception, De Rouille et d’Os) pour Miranda Tate, une mystérieuse femme devenue membre du conseil d’administration de Wayne Enterprises.

Au-delà de son costume qui peut paraître convenu, Catwoman est joliment valorisée par Anne Hathaway.

The Dark Knight Rises marque également le retour de Catwoman sous les traits de la talentueuse Anne Hathaway (Le Secret de Brokeback Mountain, Le Diable s’habille en Prada, Alice au Pays des Merveilles), qui se fait rapidement remarquer en allant voler les perles du collier de Martha Wayne. Très différente de l’animalité de Michelle Pfeiffer, cette nouvelle interprétation se veut plus terre à terre et avec un costume plus classique aux cheveux apparents, mais tout aussi manipulatrice en laissant Batman à la merci de Bane. Aux prises avec le mafieux John Daggett (un parent de Roland Daggett de la série animée ?), elle est pourtant sauvée par le chevalier noir, qui voit en elle un espoir de mener une vie paisible sans masque.

« Derrière vous se dresse un symbole de la tyrannie, la prison de Blackgate, où un millier d’hommes se morfondent au nom de cet homme : Harvey Dent. On vous a procuré une fausse idole pour vous empêcher de mettre en pièces cette municipalité corrompue. »
« La mort… par l’exil ! »

Encouragé par Blake et Gordon à remettre le costume suite aux agissements de Bane et esseulé par Alfred qui ne peut envisager que Batman réapparaisse, Bruce n’a d’autre choix que faire face à ce dangereux adversaire. Terriblement charismatique grâce à sa posture et à l’écho de sa voix, Bane amène rapidement à une révolte après avoir fracassé Batman et révélé la vérité sur Harvey Dent au public. Héritier de la Ligue des Ombres et présenté comme l’enfant prodige de Ra’s Al Ghul qui s’était échappé de la prison au puits circulaire dans laquelle il envoie Bruce, il impose la loi martiale et libère les détenus pour prendre le contrôle de la ville. L’idée du procès est alors reprise avec Jonathan Crane qui s’impose juge en condamnant les opposants à la mort ou à l’exil menant à une mort certaine.

Aussi bâclée que soit la mort de son personnage, la faute revient moins à Marion Cotillard qu’au réalisateur, qui aurait dû faire davantage de prises (sans compter qu’elle était enceinte au moment du tournage).
« Ah ! Tu crois que l’obscurité est ton alliée. Tu n’as fait qu’adopter la pénombre : moi je suis né dedans, j’ai été façonné par elle. Je n’ai découvert la lumière qu’à l’âge d’homme, et alors, elle m’a juste paru aveuglante ! »

Le traitement de Bruce Wayne se veut toujours plus profond et similaire à celui de Batman Begins jusqu’à faire intervenir Ra’s Al Ghul lors d’un caméo. Escaladant la prison à la manière de l’enfant prodige, il refait finalement face à Bane dans un combat explosif. Tardif et plutôt soudain, le retournement de veste de Miranda pouvait être envisagé par les connaisseurs de l’univers de Batman, d’autant que ce dernier passe une nuit avec elle à un moment du film. La révélation du personnage de Talia est bienvenue dans la continuité du plan de Ra’s Al Ghul, tout comme le fait que c’était elle l’enfant prodige, Bane étant son protecteur. Aussi captivant que ses prédécesseurs, The Dark Knight Rises achève brillamment la trilogie en dévoilant Alfred qui aperçoit Bruce accompagné de Selina à la terrasse d’un café, sans savoir s’il s’agit d’un rêve ou d’une réalité. Convaincant tout au long du film, John Blake retrouve quant à lui les traces de la Batcave tandis que le dévoilement de son vrai prénom rend la fin d’autant plus ouverte.

« Le héros peut être en chacun, même en celui qui fait une chose aussi simple et rassurante que mettre un manteau sur les épaules d’un garçon, et ainsi lui faire comprendre que le monde ne s’est pas écroulé. »

Emmanuel Delextrat

Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j'ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La soupe aux choux, mais aussi de nombreux dessins animés (courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo ; longs métrages Disney avec Alice au pays des merveilles en tête ; animés japonais avec Sailor Moon et Dragon Ball Z ; j'aime aussi particulièrement Batman et Tintin). Mes années 90 ont été bercées par les comédies de Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête), ou d'autres films que j'adore comme Les valeurs de la famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à tout prix). C'est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par The Dark Knight, Casino Royale, Dragon l'histoire de Bruce Lee ou encore Rambo. Collectionneur, j'attache de l'importance au matériel et j'ai réuni deux étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Il va sans dire qu'il m'en reste encore beaucoup à voir...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :