Date de sortie 17/04/2024 Au cinéma
Durée 1h50
Titre original Civil War
Réalisé par Alex Garland
Avec Kirsten Dunst , Wagner Moura , Cailee Spaeny , Jesse Plemons , Stephen McKinley Henderson , Nick Offerman , Karl Glusman , Sonoya Mizuno
Genre Science-fiction, Drame, Thriller
Nationalité États-Unis, Royaume-Uni
Musique Geoff Barrow & Ben Salisbury

 

Synopsis

Dans un futur proche où les États-Unis sont au bord de l’effondrement et où des journalistes embarqués courent pour raconter la plus grande histoire de leur vie : La fin de l’Amérique telle que nous la connaissons.

C’est l’Amérique dans toute son horreur, avec le dernier film d’Alex Garland ou il nous montre l’effondrement des Etats-Unis, avec un réalisme saisissant. Après Men il y a deux ans, produit par le studio A24, Alex Garland est de retour avec un nouveau long-métrage. Il y a quelques mois maintenant, le réalisateur avait présenté son nouveau film avec une bande-annonce qui avait de quoi laisser songeur. Le réalisateur Britannique situ donc son nouveau long-métrage en Amérique, pour la première fois avec en tête d’affiche Kirsten Dunst, qui se fait bien trop rare. Civil War c’est l’effondrement de l’Amérique, avec un président qui en est a son troisième mandat, et qui a plongé le pays dans le chaos le plus total. Le film suit des journalistes photographe, qui doivent rejoindre Waschington afin d’interviewer le président, pour qu’il puisse rendre des comptes. C’est avec ce film, que le studio A24 signe pour la première fois, sa plus grosse production ou le réalisateur filme son long-métrage en IMAX avec un son Dolby Atmos impressionnant. Ce film d’Alex Garland, est un film majeur car il raconte ce qu’il adviendra de ce pays dans les années à venir.

L’Amérique est en plein chaos, une violence inouïe s’est emparée du pays ou la politique d’un président qui en est à son troisième mandat à déclencher cette guerre avec des décisions mettant le pays en péril. Lee est une journaliste photographe, elle est accompagnée de son collègue Joel. Ce jour-là elle est à New-York, ou une confrontation a lieu, puis un tir de mortier a lieu causé par l’armée volontairement bien entendue. Les morts sont nombreux et Lee se retrouve au milieu d’un nombre incalculable de cadavres. Une jeune femme Jessie que Lee a tirée d’affaire auparavant, prend des photos. Le soir a l’hôtel, Lee et Joel revoient une vieille connaissance qui est un journaliste comme eux, malgré son grand âge il n’abandonne pas ce métier son nom est Sammy.

 

Lee lui apprend qu’elle et Joel, on l’intention de se rendre a Waschington afin de rencontrer le président des Etats-Unis sachant que la ville est la plus risquée du pays. Si Sammy n’approuve pas cette idée, il rejoint les deux collègues, ainsi que la jeune Jessie ce que Lee n’approuve pas. Tous les quatre entament alors un voyage pour se rendre à Waschington où plus de mille kilomètres les attendent. Ils traversent des Etats du pays en ruine, ou la violence règne et des hommes qui n’ont plus de valeurs sont devenus des meurtriers. L’Amérique est tombée et ce n’est que le début, de cette longue chute. Alex Garland qui a osé aborder la chute de l’Amérique, même Mark Esmail l’avait fait mais plus discrètement avec Le monde après nous, ici c’est l’effondrement de l’Amérique à grande échelle que nous montre Alex Garland. Le film est saisissant, c’est brutal, violent ou encore percutant. La mise en scène d’Alex Garland, n’y va pas de main morte car le film est d’un réalisme saisissant. Le film d’ailleurs rentre rapidement dans le vif du sujet, avec la séquence à New-York avec ce tire de mortier et ces corps mutilés. Le réalisateur n’épargne rien, et le talent lui est toujours présent.

 

Comme toutes ses réalisations Alex Garland est au scénario, mais il a aussi signé les quelques films de Danny Boyle comme Sunshine et 28 jours plus tard. C’est toujours avec ce talent que le réalisateur signe des scénarios originaux. Pour ce qui pourrait être son dernier film en tant que réalisateur, Alex Garland s’expatrie aux Etats-Unis où il met l’Amérique à feu et à sang, ce qui fait couler beaucoup d’encre, car la politique américaine est pointée du doigt et ça ne plaît guère à certains américains. A travers son film Alex Garland rend hommage aux journalistes photographe, qui risque leur vie pour couvrir les faits avec des images fortes. Lee est une journaliste à la carrière exemplaire, qui a été sur le terrain hors Amérique de nombreuses fois, elle a encore en mémoires les choses horribles qu’elle a pu voir. Des flashbacks nous monteront, ce qu’elle a pu vivre à travers des photos surtout. Puis il y a Jessie cette jeune femme d’une vingtaine d’années, elle est impressionnée par Lee qui est comme une idole et elle espère devenir aussi douée qu’elle. Quoi de mieux pour débuter, que de couvrir la guerre dans son propre pays ? Cependant, la jeune femme est confrontée à une violence sans précédent. Il y a aussi Joel collègue et ami de Lee, qui tente au mieux d’avancer dans ce pays en protégeant la jeune Jessie qui se montre parfois imprudente. Puis il y a Sammy ce vieil homme, le doyen du métier qui reste assez discret durant ce long trajet.

Lee qui a était de nombreuses fois, sur des terrains hostiles se retrouve dans son propre pays en guerre. C’est aussi la course au plus beau cliché, dont Jessie qui est débutante et qui compte bien l’obtenir en prenant des risques. Civil War nous fait passer à travers plusieurs états émotionnels, il y a de la tension et des frissons surtout dans la dernière séquence à Waschington qui est spectaculaire, dans cette ville plongée en pleine guerre. C’est un plaisir de revoir Kirsten Dunst, dans le rôle de Lee. Wagner Moura interprète Joel, Cailee Spaeny une comédienne montante qui retrouve Alex Garland quelques années après la série Devs. Nick Offerman joue le président, Stephen McKinley Henderson interprète Sammy et Jesse Plemons peu présent joue un militaire détestable. Le film d’Alex Garland est viscéral, par sa violence inouïe dans un pays en plein chaos. Le long-métrage est visionnaire car quand on voit l’actualité et l’état du pays, ce qui se déroule dans le film est inévitable. Civil War est un long-métrage, qui aura marqué l’année un film exemplaire qui montre l’Amérique dans toute son horreur.

Bande annonce


Article précédentTodos Los Nombres De Dios (All the Names of God) de Daniel Calparsoro
Article suivantLa Vie rêvée de Miss Fran de Rachel Lambert
Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire