Esther 2 Les Origines, de William Brent Bell

Date de sortie : 27 juillet 2022 (Philippines), 17 août 2022 (France)
Réalisateur : William Brent Bell
Acteurs principaux : Isabelle Fuhrman, Julia Stiles, Rossif Sutherland, Hiro Kanagawa
Genre : Thriller horrifique
Nationalité : Américain
Compositeur : Brett Detar

La sagesse incarnée…

Treize ans après un premier film des plus perturbants, Esther 2 Les Origines marque le retour inattendu d’Isabelle Fuhrman dans un préquel réalisé par William Brent Bell, qui avait déjà régalé les amateurs de films d’épouvante avec le diptyque The Boy. Il va sans dire que son visionnage n’est recommandé qu’après avoir déjà vu le précédent long métrage, le préquel dévoilant d’emblée toute son intrigue. Revenant sur son passage en hôpital psychiatrique avant son adoption dans une première famille, le film lorgne toujours du côté de l’horreur psychologique avec une tension palpable sublimée par de superbes plans sur le regard d’Esther, toujours à l’affût d’une manipulation.

Des plans sur le visage toujours aussi pertinents.
L’arrivée dans la famille.

De son vrai nom Leena Klammer, elle s’arrange pour usurper l’identité d’une petite fille disparue du nom d’Esther avant de s’infiltrer dans la famille de Tricia et Allen Albright, respectivement joués par Julia Stiles (Jason Bourne, Queens) et Rossif Sutherland. Assez déroutante avec son accent russe, Isabelle Furhman parvient à joliment renouveler son jeu d’actrice pour paraître tout aussi crédible et effrayante que dans le premier film. Afin de pimenter le scénario, Hiro Kanagawa (Elektra, Godzilla) y incarne également un inspecteur qui compte bien remettre en cause l’identité de la jeune femme.

Une complicité qui naît rapidement à travers la peinture.
Trouver plus cinglé que soit n’est jamais impossible…

/!\ SPOILERS /!\ Mais là où le film a de quoi surprendre, c’est dans sa tournure des événements concernant sa famille d’accueil, Tricia et son fils Gunnar s’avérant au moins aussi tordue qu’elle en ayant carrément tué la petite Esther par le passé pour rendre sa disparition crédible. Déconcertant, cette révélation inverse les rapports de force et octroie davantage d’humanité à l’héroïne. Malgré une fin un peu trop expéditive, Esther 2 parvient à faire efficacement le lien avec son prédécesseur tout en assurant une qualité proche de ce dernier.

Emmanuel Delextrat

Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j'ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La soupe aux choux, mais aussi de nombreux dessins animés (courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo ; longs métrages Disney avec Alice au pays des merveilles en tête ; animés japonais avec Sailor Moon et Dragon Ball Z ; j'aime aussi particulièrement Batman et Tintin). Mes années 90 ont été bercées par les comédies de Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête), ou d'autres films que j'adore comme Les valeurs de la famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à tout prix). C'est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par The Dark Knight, Casino Royale, Dragon l'histoire de Bruce Lee ou encore Rambo. Collectionneur, j'attache de l'importance au matériel et j'ai réuni deux étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Il va sans dire qu'il m'en reste encore beaucoup à voir...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :