Terrifier 2, de Damien Leone

 

Date de sortie : 6 octobre 2022
Réalisateur : Damien Leone

Acteurs principaux : David Howard Thornton, Lauren LaVera…
Genre : Horreur, gore
Nationalité : Américaine 

 

Terrifier 2… Dur de passer à côté en ce moment, tant le film fait parler de lui. En effet, la réaction de certains spectateurs à la vision du film est assez éloquente : vomissements, évanouissements, évacuations… Pour la promotion du film, c’est clairement du pain bénit, à tel point qu’une rumeur de plus en plus persistante voudrait que le film soit carrément nommé aux Oscars. Dans quelle catégorie par contre, mystère.

Tourné pour trois fois rien, la suite de Terrifier (malin) se traîne la réputation d’être le film le plus violent, gore, atroce, immoral et moult autres synonymes, jamais réalisé.

Bref, ce film est devenu limite culte en l’espace de quelques semaines, Stephen King lui-même se fendant d’un tweet élogieux. De la part du sponsor officiel de la coulrophobie dans le monde, c’est pas rien. Mais, mais, mais… Cette réputation est elle vraiment méritée ? Eh bien c’est ce que nous allons essayer de voir.

Alors, Terrifier 2, de quoi ça parle ? Eh bien on retrouve Art le Clown là où on l’avait laissé à la fin du précédent opus : mort.

Sauf que vous vous en doutez bien, mort, il l’est pas vraiment et Art revient et il n’est pas content. Bon, du coup, si, il est content de revenir, un an plus tard (qu’a t’il fait pendant ce temps, on n’en sait rien), à Halloween et cette fois il a dans le collimateur une jolie adolescente et son crétin de petit frère, et comme tout bon tueur de slasher qui se respecte, au lieu d’aller droit au but, il va faire plein de circonvolutions, synonymes de morts violentes, jusqu’à la confrontation finale.

Le swag tout simplement

A la lecture du pitch, on se doute déjà que si il est effectivement nommé aux Oscars, ce ne sera pas pour son scénario. Pourtant le film est long. Et fait des efforts pour rendre son univers cohérent. Mais le tout malgré la simplicité de base se montre souvent confus. Et long. Parce que j’insiste, mais le film est long. Looooooong. Quasiment deux heures vingt. Alors les amateurs de tripailles se réjouissent, vu la réputation du métrage, ça va être une boucherie de deux heures, des morts à gogo (qui utilise encore cette expression ?)… Bah pas tant que ça… Finalement le bodycount est plutôt léger. Une petite dizaine de morts en tout et pour tout, à titre comparatif Halloween Kills en avait au moins deux fois plus avec une demi heure en moins. Alors pourquoi cet engouement ? Parce que Damien Leone a privilégié la qualité (si je puis dire) à la quantité. Il faut bien l’avouer, les meurtres sont originaux, et effectivement très, très graphiques. Oui, Terrifier 2 est gore. Les meurtres sont bien crades et l’un d’eux, la fameuse scène de la chambre, est particulièrement craspec. Les effets, quasiment intégralement fait manuellement, font mouches. Le film est vraiment violent, gore, sanglant…

CEPENDANT

J’ai vraiment du mal à croire que des gens se soient vraiment mis à vomir ou se sont évanouis devant ce film. Les mêmes à mon avis, qui ont tournés de l’œil devant Titane.

Alors, comprenons nous bien. Je peux concevoir que ça puisse un peu brasser le ventre si on n’est pas habitué. Parce que je le répète c’est très, très gore. Mais, le gore et la violence, du moins la perception du gore et de la violence, dépend beaucoup de l’œuvre dans laquelle ils sont diffusés.

Coucou, tu veux voir ma batte ?

Et Terrifier 2 est un film inoffensif.

 Basiquement, Terrifier 2 est un épisode d’Itchy et Scratchy en live. Le film, même s’il n’est pas spécialement cynique, est porté par un second degré, un côté cartoonesque et grand guignolesque, qui amoindrissent beaucoup, beaucoup sa vision. Un peu comme Braindead en son temps. Alors oui, c’est vraiment cracra, mais beaucoup moins percutant et choquant que des films bien moins graphiques, et infiniment moins que des films plus confidentiels (ceux qui disent qu’il n’y a rien de plus violent, ne doivent pas connaître les Cat III japonais).

Donc au final, nous avons un film, certes violent, certes gore, mais assez simpliste, pas choquant et trop long.

Alors… Faut-il le voir quand même ? Eh bien, même si je semble pas très tendre, oui. Oui. Bien sûr. Parce que ça reste un slasher quand même rentre dedans, parce que la mise en scène est bien mené, parce qu’il est fun, même si la fameuse scène de la chambre est un peu longue, parce que Art est un super boogeyman et parce qu’un projet tourné avec trois bouts de ficelles et un budget dérisoire (250 000 dollars) qui arrive à avoir un rendu aussi professionnel, mérite d’être soutenu. C’est grâce à ce soutien populaire que le film débarquera en salle française le 28 Décembre 2022, ce qui est un exploit en soit. Donc oui, allez le voir. Mais ne vous attendez ni à un chef d’œuvre ni au summum de la subversion. Juste un film d’horreur honnête et gore, ce qui n’est déjà pas mal.

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :