• Maximum Overdrive de Stephen King

          0
          Date de sortie 2 décembre 1999 en DVD (1h 37min) De Stephen King Avec Emilio Estevez, Pat Hingle, Laura Harrington, Yeardley Smith, John Short, J.C Quinn... Genres...
        • Night Swim de Bryce McGuire

          Spawn de Mark Dippé

          Miami Vice de Michael Mann

        • Monarch : Legacy of Monsters Bilan de la première saison

          0
          Titre original Monarch : Legacy of Monsters Nationalité États-Unis Sur Apple TV+ (2023) Genre Catastrophe, Fantastique Avec Anna Sawai , Kiersey Clemons , Joe Tippett , Elisa Lasowski...
        • En février sur Netflix

          0
          Les Séries : One Pièce: Arc Egghead : 01/02 Dr House, l'intégrale de la série : 01/02 Let's Talk About CHU : 02/02 Love Never Lies Poland: Season...
        • Diabolo Menthe, de Diane Kurys

          0
          Date de sortie : 14 décembre 1977 (1h 40min) Réalisatrice : Diane Kurys Acteurs principaux : Éléonore Klarwein, Odile Michel, Anouk Ferjac, Michel Puterflam, Yves Rénier,...
        • Dredge de Black Salt Games

          0
          Développeur : Black Salt Games Éditeur : Team 17 Genre : Simulation / Horreur Support : Tous support Date de sortie : 30 Mars 2023 En 2023, parmi l’offre...
        • L’œuvre de Daryl Delight (spécial Halloween)

          0
          Et si pour Halloween, on parlait un peu de littérature horrifique ? Et si au lieu de parler de H.P Lovecraft, Stephen King ou...
Home Les Critiques Tour de france

Tour de france

223
0

affiche_tour_de_france-3897c

Far’Hook est un jeune rappeur de 20 ans. Suite à un règlement de compte, il est obligé de quitter Paris pour quelques temps. Son producteur, Bilal, lui propose alors de prendre sa place et d’accompagner son père Serge faire le tour des ports de France, sur les traces du peintre Joseph Vernet. Malgré le choc des générations et des cultures, une amitié improbable va se nouer entre ce rappeur plein de promesses et ce maçon du Nord de la France au cours d’un périple qui les mènera à Marseille pour un concert final, celui de la réconciliation

 

349461_87015eb91568de899c1a080b5f7b1fab Voilà un film qui par sa bande annonce déjà nous promettait un grand moment, après avoir essayé 3 fois de le voir en vain, la quatrième fut la bonne, je vais pouvoir enfin débattre avec vous de ce film dont on ne va pas se mentir, est à la hauteur de ses promesses. Les critiques qui apparaissent sur l’affiche ne sont pas trompeuses: « Coup de maître » ou « Un film qui fait aimer la france » voilà deux critiques qui vont droit au but et qui résume bien le film tel que fut ma vision après la fin du visionnage, un film comme on en aurait bien besoin dans des périodes ou le vivre ensemble devient un message si difficile.

C’est parce que le film à un sujet simple qu’il permet d’être exploité à son maximum et laisse libre court à ses acteurs de donner le maximum d’eux mêmes, d’occuper l’espace, de faire vivre tout le talent qui ne demande qu’à sortir en eux.

En Gérard Depardieu on a aucun doute, l’acteur l’a mille fois prouvé et est un acteur qui marquera l’histoire du cinéma français, je suis dingue de cet homme dont j’ai lu beaucoup de biographies  et que je trouve fascinant. Pour ce qui est de son physique petite parenthèse, on ne juge pas l’homme à son physique quel qu’il soit, mais à l’émotion qu’il amène à une scène, à son impact à l’écran, l’émotion qu’il émane et en cela Gérard Depardieu n’a plus rien à prouver.

Sadek lui, fait ses premiers pas et pour lui jeune rappeur qui se lance dans un premier film en tant qu’acteur dans un premier rôle, il commence avec le plus grand et il ne se laisse pas démonter le duo est explosif, complice on sait l’alchimie qui naît entre eux, on vibre à chacun de leurs mots. On rit beaucoup aussi. Quand le réalisateur parle de Sadek et de son expérience il emploie ses mots: « Ce qui est touchant, c’est sa douceur, sa timidité, son corps, son regard. Son intelligence de l’écoute aussi. Sa curiosité forcément, parce qu’il ne vient pas en terrain conquis. Il a pris le risque. On était ensemble dans un pacte fraternel de ne pas se trahir, de ne pas se tromper et de sublimer une oeuvre. »

 La musique à son impact et est bien amenée, elle est forte puissante ne déconnecte jamais de son sujet et donne de la grandeur au tout.
Gerard Depardieu joue un homme aigri et raciste se retrouvant seul face à sa vie qui est un échec. Il veut renouer avec la promesse qu’il avait faite à son épouse et qu’il avait promit, ferait en présence de son fils, son fils n’étant pas là, petit à petit l’inconnu qu’il prend évidement pour un danger et dont il n’éprouve aucune sympathie va lui devenir peu à peu intelligent, normal, humain.
C’est à partir de la compréhension, que nous sommes tous égaux, que les préjugés se libèrent et qu’un lien se créer entre eux. Cet homme n’a peut être pas son fils à ses côtés mais ce jeune homme le deviendra tout comme, au vu du comportement qu’il aura à bien des égards face à lui. Il est aussi fasciné par les ports et il cherche à recréer aux travers de ses peintures ce qu’il voit, à les éterniser. Il veut voir si ça a changé. Il se retrouve avec un inconnu certes, mais petit à petit, il va se rendre compte que ce gars est bien. Il va se rendre compte que son histoire d’amour est finie, que son fils a grandi et que la vie vaut le coup d’être vécue. C’est un grand film sur la tolérance.
tour-de-france Le réalisateur explique sa volonté d’avoir voulu faire un film sur ce sujet par rapport à son ancien boulot quand il était maçon et tout ce qu’il pouvait entendre et qui lui a fait un électrochoc: « Ils étaient tellement brisés par la vie que jamais je ne les ai jugés. Serge (Gerard Depardieu) est l’un d’eux pas un mauvais mais juste perdu. »
Avec ce film les clichés ne sont pas esquivés mais embrassés pour les amener bien plus loin dans le propos et ou les émotions prennent le dessus, pas un film qui ramène sans cesse dans des remises en question et tombent dans la facilité, pas de jugement.
Un film fort qui explique comment l’incompréhension peut au final créer des liens, il suffit de tendre la main. C’est un road movie captivant, une comédie humaniste qui réagit au choc des cultures, d’une société qui ne fait que s’opposer à la fois forte par sa diversité et fragile par ses préjugés. Ce sujet simple permet au film de s’envoler, portés par ses acteurs qui nous l’a font décoller. J’ai été très ému à plusieurs moment notamment une scène ou Gérard Depardieu apprend quelque chose d’important qui le mettra dans tous ses états et juste avant qu’il ne danse. En réalité bien des scènes fortes portent au coeur et fond du bien mais si je n’en cite que deux brièvement car elles m’ont tiré la larme à l’oeil. Le duo a été habilement trouvé et brille tout son long. Reste à savoir si Sadek continuera avec les années sa carrière d’acteur qui lui tend les bras, pour ce qui est de notre Gégé c’est toujours un régal de le retrouver. Pour toutes les raisons que je vous ai cité, vous ne pouvez pas passer à côté. La France de demain ce sont des films comme celui ci qui l’a façonne.
attends "Tour de France" Photocall during The 69th Annual Cannes Film Festival at the Palais des Festivals on May 15, 2016 in Cannes, France.
attends « Tour de France » Photocall during The 69th Annual Cannes Film Festival at the Palais des Festivals on May 15, 2016 in Cannes, France.

Article précédentAlliés
Article suivant[Le Grand Live]
Une passion depuis tout petit, qui a grandi avec les films de De Funès et Bourvil que ma grand-mère me faisait découvrir. J’ai toujours aimé cet univers... Leonardo Dicaprio ou Tom Hanks ont contribué à me faire rêver année après année. J’ai écrit au lycée un court-métrage dans le cadre de l'option "audio-visuel", puis on s’est attelé à le réaliser. Je suis passé par la caméra - devant ou derrière, du casque-son à la perche. Toutes les étapes étaient plaisantes à faire et cela a confirmé que je voulais continuer dans cet univers car c’est le mien tout simplement, c’est la ou je me sens bien. Le futur je ne le vois que dans le cinéma. J’ai toujours voulu être acteur, quand je vois un film, il y a toujours un rôle ou je me dis : "tiens, j’aurais aimé être ce personnage !" Ce sont bizarrement rarement les 1er rôles que je trouve les plus intéressants. J’ai écris un scénario pour un jour, si je perce, pouvoir le réaliser... après avoir passé quelques années à apprendre avant bien évidement ! J'ai tourné dans un court métrage du réalisateur Florian Hessique qui avait pour titre "je ne dirai plus jamais je t'aime" dont la photo est d'ailleurs tirée. J'ai figuré dans la web série"Germains germaines" dont les réalisateurs sont maintenant des amis... Et je suis preneur de tous projets ! Le cinéma, il n’y a pas une journée sans que j’en parle ; ça fait tout simplement partie de moi ! une citation de Marin Scorcese m'aide à avancer chaque jour "Je faisais mon chemin mais le cinéma était une obsession".

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici