Tobrouk, commando pour l’Enfer d’Arthur Hiller

Pays États-Unis
Année 1967
Casting  Rock Hudson, George Peppard, Nigel Green, …
Genre Guerre

On clôture notre tour de films de guerre chez Elephant avec « Tobrouk, commando pour l’Enfer ».

Alors que l’Afrikakorps, sous le commandement du maréchal Rommel, fait route vers Le Caire, les forces britanniques, incapables de contrer son avance, choisissent de recourir à la ruse. Elles imaginent de déguiser des juifs allemands vivant en Palestine en ennemis et de les envoyer dans la citadelle de Tobrouk où Rommel a fait entreposer les réserves de carburant de son armée. Pour atteindre Tobrouk, le commando doit parcourir huit cent kilomètres dans le désert. C’est le début d’un périple peu commun, où les pseudo-nazis, dans des voitures volées aux allemands, franchissent les lignes adverses en escortant des Anglais désarmés censés être leurs prisonniers. Pendant le voyage, le groupe manœuvre de telle sorte qu’une colonne de chars allemands et italiens, se croyant l’une comme l’autre attaquée par les Anglais, se livrent bataille. Le commando en profite pour passer sans être repéré…

Il est parfois compliqué pour un film de se distinguer du genre dans lequel il s’inscrit. C’est ce dont souffre principalement ce « Tobrouk, commando pour l’enfer », assez classique dans tout ce qu’il propose. Mais que cette nature déjà vue ne rebute pas trop les amateurs car, à défaut de pleinement sortir de certaines cases, le film d’Arthur Hiller parvient à être solide à tous les niveaux. La mise en scène accompagne au mieux l’action tout en profitant du décor de l’intrigue.

L’action est en ce sens permanente et n’aura guère de mal à divertir. Mais si son surplus final s’avère des plus explosifs, le long-métrage se maintient mieux durant le trajet évoqué, notamment dans les doutes entourant un certain traître prompt à saboter la mission. C’est l’occasion entre autres de se reposer un peu plus sur des personnages qui auraient mérité une écriture un peu plus approfondie afin de mieux évoquer les questions posées au fur et à mesure de l’intrigue, à peine brossées alors que le potentiel était présent. Après, le résultat est bien loin d’être honteux et l’édition fournie par Elephant Films propose au mieux de lui faire honneur.

« Tobrouk, Commando pour l’enfer » s’inscrit comme un bon film de guerre, assez tendu et spectaculaire par instants pour fonctionner. Il parvient à offrir ce qu’il faut pour inciter à la découverte, notamment dans cette édition sobre mais visuellement au service de ce long-métrage, un peu classique mais néanmoins réussi.

Liam Debruel

Amoureux du cinéma. À la recherche de films de qualités en tout genre,qu'importe la catégorie dans laquelle il faut le ranger. Le cinéma est selon moi un art qui peut changer notre vision du monde ou du moins nous faire voyager quelques heures. Fan notamment de JJ Abrams,Christopher Nolan, Edgar Wright,Fabrice Du Welz,Denis Villeneuve, Steven Spielberg,Alfred Hitchcock,Pascal Laugier, Brad Bird ,Guillermo Del Toro, Tim Burton,Quentin Tarantino et Alexandre Bustillo et julien Maury notamment.Écrit aussi pour les sites Church of nowhere et Le quotidien du cinéma. Je m'occupe également des Sinistres Purges où j'essaie d'aborder avec humour un film que je trouve personnellement mauvais tout en essayant de rester le plus objectif possible :)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :