ARTHUR ET LES MINIMOYS

bien
France – 2006
Réalisation : Luc Besson
Scénario : Luc Besson, Céline Garcia
d’après : l’univers des Minimoys
de : Patrice Garcia
Image : Thierry Arbogast
Décors : Hugues Tissandier
Costumes : Olivier Beriot
Montage : Yann Hervé, Vincent Tabaillon, Karim Benhammouda
Musique : Éric Serra
Producteur(s) : Luc Besson, Emmanuel Prévost
Production : EuropaCorp, Avalanche Productions, Apipoulaï, The Weinstein Company
Interprétation : Freddie Highmore (Arthur), Mia Farrow (la grand-mère d’Arthur), Madonna / Mylène Farmer (princesse Selenia), David Bowie / Alain Bashung (Maltazard), Snoop Dog / Rohff (Max), Marc Lavoine (Darkos)…
Distributeur : EuropaCorp Distribution
Date de sortie : 13 décembre 2006
Durée : 1h35

arthur-et-les-minimoys-2006-29-g[1]
On connaissait la Table Ronde, les épopées chevaleresques, voici les « nouveaux » héros de Luc Besson : Arthur, un enfant sorti tout droit d’une imagination fertile, et des petits bonshommes qui oscillent entre Dragon Ball Z et Final Fantasy (mais si, ces magnifiques jeux vidéo à la pointe de l’esthétique graphique). Luc Besson, curieusement, a attendu Noël pour sortir ce qui devrait être malheureusement son dernier opus. On est tous en deuil, évidemment.

arthur-et-les-minimoys-2006-05-g[1]
Arthur est malin, aime les animaux, les gadgets, sa grand-mère fine cuisinière, et il va lui arriver un tas de choses extraordinaires. Il va entrer dans un monde merveilleux et on ne peut plus original où un gentil roi tente de combattre un méchant roi.
Le gentil roi gouverne le peuple des Minimoys, vivant sous terre, peuple composé de petits gnomes aux brushings douteux et aux voix de doublage on ne peut plus énervantes (Luc Besson déclare à ce propos : « Qui, mieux que Mylène Farmer, en France, pouvait prêter sa voix à la rousse Sélénia ? », une bien bonne question…). Arthur aime aussi son grand-père, un aventurier à la Stanley ou à la Livingstone qui a disparu deux ans plus tôt, et qu’il retrouve en traversant le miroir pour aller sauver les Minimoys. Parce que, ô surprise, il va les sauver. Arthur a plus d’un tour dans son sac, et Luc sur son compte en banque.

Arthur-et-les-Minimoys_width1024[1]
On vous passe les détails, une grand-mère endettée et poursuivie par de méchants (encore eux) propriétaires avides d’argent aux propos racistes, des personnages animés sans saveur ni humour malgré les tentatives comiques d’un scénario quasi inexistant. La touche Besson, c’est le mélange de film et de dessin animé : le projet a mis deux ans à se concrétiser. On espère, au moins, que quelques intermittents du spectacle ont pu fournir ainsi leurs heures.

arthur-et-les-minimoys-2006-28-g[1]
Luc Besson s’est probablement dit qu’en mélangeant tous les classiques Disney, d’Alice au pays des merveilles pour l’entrée dans un monde merveilleux à Merlin l’enchanteur pour l’épée salvatrice d’Arthur, on ne pouvait faire qu’un carton au box-office à une époque où l’être humain, entre deux vitrines de fin d’année, ne demande qu’à se divertir avec ses rejetons. Parions qu’Happy Feet, d’un niveau incomparable, raflera la mise à sa place (en fin d’année 2006).

Arthur-3-la-guerre-des-deux-mondes_width1024[1]


Article précédentSubway de Luc Besson
Article suivantSpécial Besson : Arthur et la vengeance de Maltazard!
Cinéphile depuis mon plus jeune âge, c'est à 8 ans que je suis allé voir mon 1er film en salle : Titanic de James Cameron. Pas étonnant que je sois fan de Léo et Kate Winslet... Je concède ne pas avoir le temps de regarder les séries TV bonne jouer aux jeux vidéos ... Je vois en moyenne 3 films/jour et je dois avouer un penchant pour le cinéma d'auteur et celui que l'on nomme "d'art et essai"... Le Festival de Cannes est mon oxygène. Il m'alimente, me cultive, me passionne, m'émerveille, me fait voyager, pleurer, rire, sourire, frissonner, aimer, détester, adorer, me passionner pour la vie, les gens et les cultures qui y sont représentées que ce soit par le biais de la sélection officielle en compétition, hors compétition, la semaine de la critique, La Quinzaine des réalisateurs, la section Un certain regard, les séances spéciales et de minuit ... environ 200 chef-d'œuvres venant des 4 coins du monde pour combler tous nos sens durant 2 semaines... Pour ma part je suis un fan absolu de Woody Allen, Xavier Dolan ou Nicolas Winding Refn. J'avoue ne vouer aucun culte si ce n'est à Scorsese, Tarantino, Nolan, Kubrick, Spielberg, Fincher, Lynch, les Coen, les Dardennes, Jarmush, Von Trier, Van Sant, Farhadi, Chan-wook, Ritchie, Terrence Malick, Ridley Scott, Loach, Moretti, Sarentino, Villeneuve, Inaritu, Cameron, Coppola... et j'en passe et des meilleurs. Si vous me demandez quels sont les acteurs ou actrices que j'admire je vous répondrais simplement des "mecs" bien comme DiCaprio, Bale, Cooper, Cumberbacth, Fassbender, Hardy, Edgerton, Bridges, Gosling, Damon, Pitt, Clooney, Penn, Hanks, Dujardin, Cluzet, Schoenaerts, Kateb, Arestrup, Douglas, Firth, Day-Lewis, Denzel, Viggo, Goldman, Alan Arkins, Affleck, Withaker, Leto, Redford... .... Quant aux femmes j'admire la nouvelle génération comme Alicia Vikander, Brie Larson, Emma Stone, Jennifer Lawrence, Saoirse Ronan, Rooney Mara, Sara Forestier, Vimala Pons, Adèle Heanel... et la plus ancienne avec des Kate Winslet, Cate Blanchett, Marion' Cotillard, Juliette Binoche, Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, Meryl Streep, Amy Adams, Viola Davis, Octavia Spencer, Nathalie Portman, Julianne Moore, Naomi Watts... .... Voilà pour mes choix, mes envies, mes désirs, mes choix dans ce qui constitue plus d'un tiers de ma vie : le cinéma ❤️

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici