Date de sortie : 10 novembre 1995 (États-Unis), 10 juillet 1996 (France)
Réalisateur : Steve Oedekerk
Acteurs principaux : Jim Carrey, Ian McNeice, Simon Callow, Sophie Okonedo
Genre : Comédie
Nationalité : Américain
Compositeur : Robert Folk

« Ah oui ! Mais si t’étais moi, alors moi je serais toi et j’utiliserais tes jambes pour continuer à grimper ! »

Deuxième film mettant en scène le fameux détective pour animaux incarné par Jim Carrey (The Mask, Dumb & Dumber, Batman Forever), Ace Ventura en Afrique nous fait voyager au Tibet puis dans un pays fictif à la recherche d’une chauve-souris blanche sacrée nommée Chickaka, dont la disparition a provoqué un conflit entre deux tribus. Réalisé par Steve Oedekerk (Le Professeur Foldingue, Bruce Tout Puissant), il met notamment en scène Simon Callow (Amadeus, Bons Baisers d’Hollywood, Street Fighter L’Ultime Combat), Bob Gunton (Demolition Man, Les Évadés) et Adewale Akinnuoye-Agbaje (Légionnaire, Le Retour de la Momie, La Mémoire dans la Peau).

« L’arme à feu ou le vieux poignard !? »
Une dégaine à la Michel Courtemanche !

À la suite d’une introduction parodiant celle de Cliffhanger Traque au Sommet par l’intermédiaire d’un malencontreux accident de raton-laveur, Ace Ventura en Afrique poursuit son scénario en enchaînant les gags propres au comique de Jim Carrey. Outre un personnage qu’il compare au Colonel Moutarde du jeu de société Cluedo (alors qu’il parle du bonhomme Monopoly dans la version québécoise), il s’amuse à faire des ombres chinoises potaches pendant une projection sérieuse tandis qu’il conduit une voiture n’importe comment en réalisant un rangement en bataille (qu’il appelle un créneau) après plusieurs tonneaux.

« Chickaka ! »
Des situations à nulle autre pareille !

Les sonorités de « Chickaka » donnent évidemment lieu à toutes sortes de jeux de mots et la caricature des tribus africaines bat son plein entre la coutume des crachats et leurs noms fictifs Wachati et Wachootoo. Véritable réussite dans la lignée de son prédécesseur, Ace Ventura en Afrique est en réalité la seule suite à laquelle Jim Carrey a bien voulu participer à l’époque. Il décline en effet sa présence dans les années 2000 pour le dispensable préquel Dumb & Dumberer, l’affligeant Fils du Mask et l’abominable Evan Tout Puissant. Une habitude qu’il semble avoir changée ces dernières années étant donné sa participation dans Dumb & Dumber De et son retour dans la suite du film Sonic.

Quand tu donnes ton avis sur les réseaux sociaux…


Article précédentThe Green Knight de David Lowery
Article suivantLes sorties cinéma du 05 janvier
Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j’ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La Soupe aux Choux, mais avec aussi de nombreux dessins animés comme les courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo, les longs métrages Disney avec Alice au Pays des Merveilles en tête, les animés japonais comme Sailor Moon et Dragon Ball Z ainsi que d’autres séries comme Batman et Tintin. Mes années 90 ont été bercées par les comédies avec Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête) ou d’autres films que j’adore comme Les Valeurs de la Famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à Tout Prix. C’est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par Casino Royale, Et Pour Quelques Dollars de Plus, Kill Bill ou encore Rambo. Collectionneur, j’attache de l’importance au matériel et j’ai réuni trois étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Et plus on découvre de nouveaux films, plus on se rend compte qu’il nous en reste en fait énormément à voir…

Laisser un commentaire