SPIDERMAN

18337428_120332000609910654_1254544363_n[1]

Avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités : à la vision de Spider-Man, on se dit que Sam Raimi a appliqué à la lettre les propos de l’oncle de Peter Parker, se réappropriant ainsi la problématique du héros masqué. Ses pouvoirs peuvent se résumer à une connaissance absolue du comic et un sens visuel presque unique au monde (l’homme est tout de même l’auteur de plans inouïs à l’image dans Evil Dead 2 de cet oeil qui traverse les airs pour finir dans la bouche d’une demoiselle hurlant devant tant d’horreur).

Sa terrible responsabilité : ne pas décevoir les millions de fans de la bande dessinée et accessoirement rapporter un paquet d’argent à ses employeurs qui ont misé gros (139 millions de dollars) sur un poulain n’ayant jamais démontré son aptitude à signer un hit commercial. Conscient donc de la situation certes excitante mais ô combien ardue qui l’attendait, Sam Raimi s’est sans doute rappelé ce à quoi tout (bon) film doit s’atteler : raconter une histoire et développer des personnages.

Titre : Spider-Man
Réalisation : Sam Raimi
Scénario : David Koepp, d’après l’œuvre de Stan Lee
Directeur de la photographie : Don Burgess
Musique : Danny Elfman
Créateur des costumes : James Acheson
Montage : Arthur Coburn
Production : Laura Ziskin et Ian Bryce
Producteurs délégués : Stan Lee et Avi Arad
Distribution : Columbia TriStar Films
Pays d’origine : États-Unis
Genres : Action, fantastique, super-héros
Durée : 121 minutes
Budget de production : 139 000 000 $
Dates de sortie : 12 juin 2002
Distribution : Tobey Maguire, Willem Dafoe, Kirsten Dunst, James Franco, Cliff Robertson, Rosemary Harris, J. K. Simmons, Bill Nunn, Gerry Becker, Michael Papajohn, Stanley Anderson, Elizabeth Banks

Ceux qui connaissent la bande dessinée le savent pertinemment, Spider-Man, avant de montrer un super-héros aux formidables pouvoirs se lancer dans des combats titanesques avec des vilains aux capacités toutes aussi impressionnantes, raconte la mutation d’un jeune adolescent en un homme transi d’amour pour la belle Mary Jane mais qui n’arrive pas à lui dire qu’elle est la femme de sa vie. Bref, c’est l’histoire d’un cruel dilemme, celui d’un ado mal dans sa peau qui doit accepter un nouveau statut ; à la fois la possibilité de se faire aimer par celle qu’il désire (car Mary Jane s’entiche de Spider-Man) sans qu’elle sache de qui elle est réellement amoureuse. En décortiquant dans les moindres détails cette problématique, Spider-Man s’impose comme une sorte d’ultime teenage movie, à la maturité totale.

D’ailleurs tout est parfaitement délimité dans la brillante séquence inaugurale où l’on découvre nos deux tourtereaux dans le bus de l’école (enfin presque, Parker essayant désespérément de le rattraper à la course) alors même qu’en voix off, notre futur Spidey nous propose de nous raconter dixit la seule histoire qui mérite réellement d’être évoquée, celle d’un garçon amoureux d’une fille.

Spider-Man sous ses allures de grosse machine à dollars bourrée d’effets spéciaux (ce que le trailer laissait avant tout présager) est donc avant tout une simple love story, l’histoire d’un jeune homme ordinaire et maladroit qui a le béguin pour « the girl next door ».

Véritable récit métaphorique sur le difficile passage dans le monde adulte (toutes les situations inattendues que doit affronter Parker face à son corps en mutation) Spider-Man, à l’instar d’un autre grand film de super-héros (Superman) insiste longuement (près d’une heure) sur la transformation subie par Peter Parker.

Respectant presque à la lettre la bande dessinée créée par Stan Lee et Steve Ditko (les rares transgressions s’avèrent même être de bonnes initiatives à l’image de ce mix des éléments dramatiques survenus aux deux fiancées de Peter Parker) Sam Raimi et son scénariste, David Koepp, ont parfaitement réussi à faire ressortir la dualité et le dilemme qui touche presque tous les super-héros.

Car si cela peut sembler cool de pouvoir faire des bonds démentiels dans les airs, avoir une force hors du commun ou encore pouvoir sentir les choses avant qu’elles ne surviennent (la scène au lycée lorsque Parker est attaqué par le petit ami de Mary Jane le stigmatise de manière visuellement bluffante avec une ré-appropriation hilarante du bullet time qui permet à Raimi de réussir un plan séquence aérien – Peter parvient à voir ce qui se passe dans son dos, le tout en slow motion), l’apprentissage et surtout l’acceptation des ces formidables pouvoirs sont tout sauf aisés.

À ce titre, que ce soit sur le mode comique (la patte Sam Raimi depuis ses débuts très Tex Avery sous acide au travers des Evil Dead) lorsque Parker s’essaye pour la première fois à lancer sa toile, fabrique son costume ou trouve son nom de scène ou sur le mode dramatique (notre héros ne prenant conscience de ses capacités et surtout de ses responsabilités qu’après la mort de son oncle, le sentiment de culpabilité étant alors décisif), la transformation de Peter Parker en Spider-Man est bien l’un des moteurs principaux du récit.

Si on s’est longuement attardé sur les thèmes développés par Sam Raimi, c’est qu’ils ont une importance essentielle aux rapports que l’on peut avoir avec le récit et notamment ses multiples scènes d’action. Car, oui, il est temps de le souligner : la deuxième partie de Spider-Man dépote grave. Mais justement, alors qu’un film comme Blade 2 se contente d’être jouissif (certes énormément) en accumulant les péripéties et les luttes acharnées aux moyens d’effets numériques et mouvements de caméra délirants et laisse ainsi s’immiscer une distance entre les protagonistes et le spectateur, Spider-Man est parvenu à captiver son audience en faisant d’abord vivre ses personnages. Alors quand on découvre Spider-Man entrer véritablement en action pour la première fois dans une séquence d’anthologie qui le voit poursuivre à travers les rues de New York l’assassin de son oncle, la scène se charge d’une intensité plus forte décuplant son efficacité.

De même, si le recourt aux images de synthèse pour permettre à l’homme araignée de se mouvoir de façon aussi impressionnante dans l’espace (en ce sens, la mise en images des séquences renvoie directement, pour notre plus grand bonheur, aux pages de la bande dessinée) peut paraître parfois limite, donnant trop l’impression d’assister justement à des séquences crées par ordinateur, on n’en tient pas (trop) rigueur à Sam Raimi et consorts tant on n’oublie pas, dans un coin de notre tête, que derrière la synthèse se cache un homme avec ses doutes, ses problèmes mais aussi ses convictions. On peut dès lors savourer sans retenue les multiples morceaux de bravoure concoctés par un Sam Raimi qu’on avait pas vu aussi inspiré depuis Darkman, film qui à posteriori peut être considéré comme un fantastique galop d’essai aux aventures de Spider-Man tant le cinéaste utilise les mêmes méthodes filmiques et scénaristiques pour parvenir à ses fins.

Pour les combats d’anthologie, encore fallait-il parvenir à offrir à Spider-Man un adversaire à sa taille. Faisant sienne la célèbre devise d’Hitchcock (plus le méchant est réussi, plus le film l’est), Sam Raimi propose un époustouflant nemesis à son homme-araignée : Le bouffon vert. Magistralement interprété par Willem Dafoe (sa scène schizophrénique face au miroir restera comme l’un des instants les plus vertigineux du film), il dépasse largement le cadre du simple bad guy. En le présentant comme un personnage damné, un monstre incompris, sorte de version sombre de Spider-Man, Sam Raimi oblige le spectateur à ressentir un fort sentiment de compassion.

Travaillant à fond sur l’ambivalence de ces deux êtres exceptionnels qui ne peuvent en aucun cas s’identifier aux humains (on retrouve là encore un des leitmotiv de toute bonne histoire de super-héros qui se respecte, à savoir l’interrogation sur l’utilité de protéger des personnes qui rejettent leur sauveur par peur de la différence), Sam Raimi parvient à rendre leur affrontement terriblement séduisant, car à tout moment, la ligne entre le bien et le mal est susceptible d’être franchie par un Spider-Man ne sachant plus vraiment vers qui se tourner si ce n’est vers cette sorte de substitut de père que peut (ou veut) représenter le bouffon vert.

Difficile de ne pas évoquer avant de conclure la performance des comédiens, d’autant plus qu’à l’époque du casting, les fans se sont empressés d’émettre de sérieux doutes quant à la capacité du couple vedette d’être crédible. Si la transposition d’un roman peut facilement prêter à la trahison sans que cela soit nécessairement néfaste à l’adaptation cinématographique, la bande dessinée et ses images ne pardonnent presque aucune liberté, ne serait-ce que dans la représentation physique des personnages.

Ainsi, l’aisance et le naturel avec lequel Tobey Maguire et Kirsten Dunst se sont glissés dans la peau de Spider-Man et Mary Jane, laissent pantois d’admiration. À l’image de la bouleversante déclaration d’amour interposée que Peter Parker fait à Mary Jane, le spectateur croit à chaque instant à la véracité des sentiments et des situations.

EN CONCLUSION : Enthousiaste au possible car ayant enfin retrouvé pleinement le plaisir depuis longtemps perdu du blockbuster spectaculaire et intelligent qui fait naître un réel plaisir de cinéma, on sort de la projection avec le sentiment d’avoir vu pour les années (décennies) à venir LA référence de l’adaptation de comics au cinéma.


Article précédentSPIDERMAN 3 DE SAM RAIMI!
Article suivantThe Walking Dead le premier trailer de la saison 8
Cinéphile depuis mon plus jeune âge, c'est à 8 ans que je suis allé voir mon 1er film en salle : Titanic de James Cameron. Pas étonnant que je sois fan de Léo et Kate Winslet... Je concède ne pas avoir le temps de regarder les séries TV bonne jouer aux jeux vidéos ... Je vois en moyenne 3 films/jour et je dois avouer un penchant pour le cinéma d'auteur et celui que l'on nomme "d'art et essai"... Le Festival de Cannes est mon oxygène. Il m'alimente, me cultive, me passionne, m'émerveille, me fait voyager, pleurer, rire, sourire, frissonner, aimer, détester, adorer, me passionner pour la vie, les gens et les cultures qui y sont représentées que ce soit par le biais de la sélection officielle en compétition, hors compétition, la semaine de la critique, La Quinzaine des réalisateurs, la section Un certain regard, les séances spéciales et de minuit ... environ 200 chef-d'œuvres venant des 4 coins du monde pour combler tous nos sens durant 2 semaines... Pour ma part je suis un fan absolu de Woody Allen, Xavier Dolan ou Nicolas Winding Refn. J'avoue ne vouer aucun culte si ce n'est à Scorsese, Tarantino, Nolan, Kubrick, Spielberg, Fincher, Lynch, les Coen, les Dardennes, Jarmush, Von Trier, Van Sant, Farhadi, Chan-wook, Ritchie, Terrence Malick, Ridley Scott, Loach, Moretti, Sarentino, Villeneuve, Inaritu, Cameron, Coppola... et j'en passe et des meilleurs. Si vous me demandez quels sont les acteurs ou actrices que j'admire je vous répondrais simplement des "mecs" bien comme DiCaprio, Bale, Cooper, Cumberbacth, Fassbender, Hardy, Edgerton, Bridges, Gosling, Damon, Pitt, Clooney, Penn, Hanks, Dujardin, Cluzet, Schoenaerts, Kateb, Arestrup, Douglas, Firth, Day-Lewis, Denzel, Viggo, Goldman, Alan Arkins, Affleck, Withaker, Leto, Redford... .... Quant aux femmes j'admire la nouvelle génération comme Alicia Vikander, Brie Larson, Emma Stone, Jennifer Lawrence, Saoirse Ronan, Rooney Mara, Sara Forestier, Vimala Pons, Adèle Heanel... et la plus ancienne avec des Kate Winslet, Cate Blanchett, Marion' Cotillard, Juliette Binoche, Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, Meryl Streep, Amy Adams, Viola Davis, Octavia Spencer, Nathalie Portman, Julianne Moore, Naomi Watts... .... Voilà pour mes choix, mes envies, mes désirs, mes choix dans ce qui constitue plus d'un tiers de ma vie : le cinéma ❤️

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici