Date de sortie 18 février 2009 (1h 45min)
De Darren Aronofsky
Avec Mickey Rourke, Marisa Tomei, Evan Rachel Wood, Judah Friedlander, Ajay Naidu, Mark Margolis, Todd Barry…
Genre Drame
Nationalité Américain
Musique: Clint Mansell

Mickey Rourke en star de catch

 

Synopsis

A la fin des années 80, Randy Robinson, dit The Ram (« Le Bélier »), était une star du catch. Vingt ans plus tard, il ne se produit plus que dans des salles de gym de lycées ou des maisons de quartier… Brouillé avec sa fille, il est incapable d’entretenir une relation durable avec quiconque : il ne vit que pour le plaisir du spectacle et l’adoration de ses fans.
Mais lorsqu’il est foudroyé par une crise cardiaque au beau milieu d’un match, son médecin lui ordonne d’abandonner le catch : un autre combat pourrait lui être fatal. Contraint de se ranger, il tente de renouer avec sa fille et, dans le même temps, entame une liaison avec une strip-teaseuse vieillissante. Pourtant, son goût du spectacle et sa passion pour le catch risquent bien de reprendre le dessus et de le propulser de nouveau sur le ring…

Darren Aronofsky, réalisateur de Requiem for a dream, The fountain ou encore Black Swan, livre en 2009 The Wrestler, film qui marque le retour de Mickey Rourke sur grand écran. Un nouveau long métrage indépendant, où le réalisateur excelle une fois de plus. Ce film dramatique d’Aronofsky, parle d’un catcheur légendaire qui doit mettre fin aux combats sur le ring, suite à une crise cardiaque qui a failli lui être fatale. Une occasion pour lui de renouer des liens avec sa fille dont il n’a plus de contact depuis quelques années. Mais le goût du combat et des fans hurlant son nom sont toujours en lui, et il n’est pas vraiment prêt à y mettre fin. The Wrestler est le quatrième film du réaliateur : cette fois-ci, il s’intéresse au monde du catch, mais ce n’est que la toile de fond de ce film, car Darren Aronofsky se focalise essentiellement sur les relations qu’entretient Randy avec ceux qui l’entourent. Un retour en force pour Mickey Rourke, qui n’a rien perdu de son talent.

Randy Robinson est un catcheur professionnel. Autrefois, il fut une légende, mais beaucoup l’adulent encore. Malgré sa petite célébrité, il ne gagne que très peu d’argent lors des combats de catch, ce qui est difficile pour payer le loyer, alors que son propriétaire s’impatiente. Un soir de combat, après un match, ce fut le combat de trop : une crise cardiaque le foudroie. Randy survit, mais son médecin lui conseille de stopper le catch maintenant, car la prochaine pourrait lui être fatale. Randy doit alors adopter un nouveau style de vie : il trouve un emploi dans un petit super-marché, et décide de renouer les liens perdus avec sa fille. Au fil des jours, Randy est loin de sa vie d’avant, et mène une existence plus saine. La relation avec sa fille se rétablit, mais la tentation de remonter sur le ring revient peu à peu, et il réussit même à gâcher la relation avec sa fille, alors qu’ils étaient devenus proches. Désormais, sa fille ne veut plus le revoir, Randy fréquente de nouveau le club de strip-tease et tente une relation avec Cassidy, qu’il connaît depuis longtemps. La mise en scène de Aronofsky est splendide une fois de plus : il suit le personnage de Randy de près, ainsi on accompagne l’homme sur le ring et on le suit également a chaque épreuve de sa vie. Il y a des plans fixes intéressants, qui nous permettent vraiment d’observer le personnage et de découvrir ce qu’il ressent. Le film de Aronofsky aborde discrètement la relation père/fille qu’il y a entre Randy et Stéphanie (sa fille), une relation qui semblait repartir sur de bonnes bases, mais qui dérape à cause du comportement de Randy. Le film s’intéresse principalement à la descente de Randy et sa tentation de remonter sur le ring. On voit ses faiblesses, ses blessures et le fait qu’il est mal dans sa peau, surtout après que sa fille l’ait définitivement sorti de sa vie. C’est un homme brisé, moralement et physiquement, et le réalisateur, fait passer ça habilement, car la maîtrise est là ! Darren Aronofsky livre un film émouvant, poignant, avec le catch en toile de fond, et nous offre donc un film plus que réussi.

Le scénariste Robert D. Siegel assure dans son écriture en nous montrant un personnage blessé par le temps, qui n’a jamais été un bon père, et qui tente de se racheter auprès de sa fille. Pas de clichés, rien de tout cela : malgré son egoisme, le personnage de Randy reste intéressant. Il ne fait que des erreurs, auprès de sa fille par exemple, et il traîne dans ce club de strip-tease où il espère entretenir une relation avec Cassidy, une des femmes travaillant là-bas. Un film géré autant dans le récit que dans le traitement des personnages. Les scènes de catch sont impressionnantes, il faut le reconnaître, et la fatigue du personnage se fait énormément ressentir quand il est sur le ring. Les scores du musicien attitré de Darren Aronofsky (Clint Mansell) sont magnifiques, une fois de plus. Darren Aronofsky fait vraiment parti de ces cinéastes que j’admire, car il a du mérite, livre des oeuvres originales, des films indépendants dont on a vraiment besoin dans le paysage cinématographique actuel, loin de tous ces blockbusters. The Wrestler reste l’un des meilleurs films de sa carrière, dans lequel il raconte l’histoire d’un homme à bout de souffle, et qui ne veut pas lâcher une passion qui peut le faire mourir. Un grand film, malheureusement trop peu connu.

Relecture : David

Bande annonce


Article précédentPacific Rim de Guillermo Del Toro
Article suivantEntre deux rives de Kim Ki-duk : Un entre-deux sur fond de paranoïa kafkaïenne.
Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici