Aller à la barre d’outils

Aline, de Valérie Lemercier

 

Date de sortie : 15 octobre 2020 (avant-première), 11 novembre 2020 (France)
Réalisatrice : Valérie Lemercier
Acteurs principaux : Valérie Lemercier, Sylvain Marcel, Danielle Fichaud, Jean-Noël Brouté
Genre : Musical, comédie dramatique
Nationalité : Français
Compositeur : Pascal Mayer

Comédienne de bout en bout

Véritable hommage à la vie de Céline Dion à l’instar de Rocketman pour Elton John, Aline est un biopic saupoudré de romance mettant en lumière l’ascension de la célèbre chanteuse québécoise avec beaucoup d’émotion. Valérie Lemercier (Les Visiteurs, Le Petit Nicolas, Astérix et Obélix au Service de Sa Majesté) y est à la fois réalisatrice et coscénariste, en plus de prêter ses traits au personnage principal dès ses premières chansons à l’âge de douze ans. Habituée à être sur scène et à interpréter des enfants, Valérie Lemercier est éclatante dans son jeu d’actrice. Considérant qu’il n’existe qu’une seule et unique Céline Dion, elle a fait le choix de la renommer Aline Dieu, tout comme ses proches bénéficient d’un autre nom dans le film.

Une rencontre qui allait bouleverser sa vie.
La future belle-mère, un obstacle de taille…

Benjamine d’une fratrie de quatorze enfants dans une bourgade du Québec, Aline est rapidement sensibilisée à la musique et son aisance pour le chant la place sous l’aile du producteur Guy-Claude, joué par le talentueux Sylvain Marcel. Leur idylle grandissante est astucieusement mise en avant, tandis qu’arrive rapidement le malaise de la perception des autres pour une relation amoureuse avec vingt-quatre ans de différence d’âge. La dramaturgie se mêle habilement à l’humour lors de nombreuses séquences durant lesquelles Aline essaie de faire comprendre à sa mère qu’elle n’est plus une enfant, et qu’elle ne peut pas faire semblant d’être celle qu’elle n’est pas.

Une romance florissante
Des plans resplendissants

Pour conserver l’authenticité du biopic, et ce malgré les libertés prises pour romancer le tout (Aline qui réchauffe ses plats avec un sèche-cheveux), Valérie Lemercier a uniquement choisi des acteurs québécois, sans chercher des personnes particulièrement connues. De plus, elle imite elle-même l’accent avec beaucoup de sincérité et sans aucune surenchère. Les différentes scènes de sa vie personnelle sont entrecoupées par des chansons phare de l’artiste, incarnée sur scène avec des costumes fidèles et un public en émulsion. Brillamment interprétées par Victoria Sio, les titres de Céline Dion dynamisent le film avec maestria, de « Ce n’était qu’un rêve » à « Pour que tu m’aimes encore » en passant par « My heart will go on », thème principal du film Titanic.

La famille, valeur centrale du long métrage
La valeur d’une relation où on ne se consacre qu’à une seule personne

Mais plus encore, c’est la justesse de l’interprétation de Valérie Lemercier que l’on retient. Enfant comme adulte, son perfectionnisme et sa détermination se ressentent de bout en bout. Ses difficultés sentimentales, notamment son impossibilité temporaire pour tomber enceinte qui lui provoque une extinction de voix, ne la rendent que plus humaine. La réalisatrice parvient à retranscrire toute l’humilité qui habite la chanteuse, qui se définit elle-même comme « Ordinaire » dans un final musical époustouflant. Pour son sixième film, Valérie Lemercier marque les esprits comme jamais.

Emmanuel Delextrat

Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j'ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La soupe aux choux, mais aussi de nombreux dessins animés (courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo ; longs métrages Disney avec Alice au pays des merveilles en tête ; animés japonais avec Sailor Moon et Dragon Ball Z ; j'aime aussi particulièrement Batman et Tintin). Mes années 90 ont été bercées par les comédies de Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête), ou d'autres films que j'adore comme Les valeurs de la famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à tout prix). C'est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par The Dark Knight, Casino Royale, Dragon l'histoire de Bruce Lee ou encore Rambo. Collectionneur, j'attache de l'importance au matériel et j'ai réuni deux étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Il va sans dire qu'il m'en reste encore beaucoup à voir...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :