Date de sortie 30/08/2023 Au cinéma
Durée(01h50)
Titre original The Equalizer 3
Réalisé par Antoine Fuqua
Avec Denzel Washington , Dakota Fanning , Gaia Scodellaro , David Denman , Eugenio Mastrandrea , Remo Girone , Sonia Ben Ammar , Daniele Perrone , Andrea Scarduzio , Andrea Dodero , Giovanni Scotti
Genre Action, Thriller
Nationalité États-Unis
Musique Marcelo Zarvos

 

Robert en Italie

 

Synopsis

Depuis qu’il a renoncé à sa vie d’assassin au service du gouvernement, Robert McCall peine à faire la paix avec ses démons du passé et trouve un étrange réconfort en défendant les opprimés. Alors qu’il a trouvé son havre de paix dans le sud de l’Italie, il découvre que ses amis sont sous le contrôle de la mafia locale. Quand les événements prennent une tournure mortelle, McCall sait ce qu’il doit faire : protéger ses amis en s’attaquant à la mafia.

Après John Wick, c’est au tour de Robert McCall de tiré sa révérence sous la direction d’Antoine Fuqua une fois de plus. Ce n’est pas qu’Antoine Fuqua est un mauvais réalisateur, car on pourra retenir quelques films tout de même, mais ces dernières années, ce n’est pas vraiment ça à part Equalizer adaptation d’une série télévisée. En 2021, il sort sur Netflix le remake de The Guilty ou il dirige à nouveau Jake Gyllenhaal puis il eut le très mauvais Infinite sur Prime Vidéo. Le premier Equalizer, c’était en 2014, mais il n’enchaîna pas de suite avec le deuxième opus, car il eut les 7 mercenaires et la rage au ventre entre les deux. Puis en 2018, il sortit enfin Equalizer 2 sans avoir la certitude d’avoir un troisième film et c’est pourtant le cas où cette fois-ci Antoine Fuqua souhaite en finir avec Robert McCall. Si le deuxième opus avait eu du mal convaincre pas mal de spectateurs, cette suite et fin reste entre les deux niveau qualité il y a du bon et du moins bon. Moins de meurtres, mais plus violent et puis une investigation est au cœur du récit. Equalizer 3, ce sont aussi les retrouvailles entre Denzel Washington et Dakota Fanning quelques années après Man on Fire. Equalizer 3 prend une nouvelle direction plus posé que les précédents films, mais c’est loin d’être inintéressant.

Nous sommes en Sicile en Italie et Robert McCall a semé la mort dans une maison en plein vignoble, ou règne un puissant trafiquant de drogue. Tous les hommes de ce dernier sont morts et quand il rentre dans son domaine, il pense bien y retrouver celui qui a causé ce massacre. Robert McCall l’attend de pied ferme, mais il ne faudra pas longtemps pour mettre hors d’état de nuire cet homme et les siens dans un bain de sang. Quand Robert quitte les lieux, il est surpris par le petit-fils de l’homme qu’il vient de tuer et il lui tire une balle dans le dos. Grièvement blessé Robert prend le volant de sa voiture et quelques kilomètres plus tard, un homme vient alors a son aide l’apercevant au bord de la route agonisant. Il est conduit dans une petite ville côtière d’Italie ou Enzo un vieil homme le soigne. Malgré sa grave blessure, Robert s’en sort grâce aux bons soins d’Enzo.

Les jours suivants, il se remet doucement de ses blessures et se lie d’amitié avec les gens de cette petite ville. Hélas, cette petite ville est contrôlée par la mafia, que dirige Vincent Quaranto épaulé par son jeune frère Marco Quaranto qui s’occupe de faire du chantage aux habitants de la petite ville. Robert sait bien qu’il se passe des choses, mais ne veut pas s’en mêler. Il est alors approcher par Emma Collins une jeune femme qui travaille pour la CIA Robert l’avait contacté juste après le massacre dans le domaine vignoble et elle et son collègue mène l’enquête ou cette mafia est mêlée à tout ça. Robert, s’étant attaché à tous ces gens de cette petite ville, décide de prendre les choses en main et décide d’affronter ces mafieux. La scène d’ouverture du film est un véritable bain de sang ou l’on sais que Robert McCall n’est pas bien loin. Si Antoine Fuqua n’est pas toujours convaincant en termes de mise en scène avec Equalizer, il a su toujours bien retranscrire cet univers violent que possède Denzel Washington.

Pour le scénario, c’est Richard Wenk qui une fois de plus s’y colle tout comme les deux films précédents. Le scénariste connaît bien l’univers après avoir été à l’écriture des deux films précédents, alors qui mieux que lui pouvait conclure la trilogie. Après un deuxième opus peu convaincant pour beaucoup, ce n’était pas gagné. Mais pour conclure tout ça, le décor change cette fois-ci, nous sommes en Italie face à la mafia. Robert se retrouve blessé et prendra goût à sa vie en Italie désirant vivre en paix. S’il souhaite être en paix, il va falloir qu’il affronte la mafia. Le traitement de Robert McCall est plutôt maîtrisé, son évolution est intéressante, on remarque qu’il a le poids du temps sur lui et qu’il fatigue et qu’il est temps pour lui d’arrêter. Moins de massacre pour cette dernière mission, mais une enquête prend place ou la jeune Emma Collins de la CIA et son collègue prennent les choses en main et Robert lui apporte son aide. Si les scènes de combats sont moins nombreuses, elles sont tout de même plus violentes que les deux films précédents et on le verra dans la scène d’ouverture et c’est toujours plaisant de voir Robert mettre des raclées. Pour en finir Robert s’attaque a un ennemi de taille qui n’est autre que la mafia italienne qui œuvre dans le trafic de drogue. Entre les attentats à la bombe et les menaces envers les habitants, l’Italie court à sa perte. La violence est toujours au cœur du récit, car Robert McCall est un homme qui a toujours dû s’en servir afin de défendre les honnêtes gens. On pourra trouver le traitement d’Emma Collins peu développer, mais finalement la scène post-générique nous fera comprendre pourquoi le récit s’intéresse peu à elle. Equalizer 3 possède moins de scène d’actions certes, mais le long-métrage clôture cette trilogie tout de même avec brio.

Bande annonce


Article précédent[Sortie Blu-ray/DVD] Heroic Trio/Executioners de Johnnie To
Article suivantReality de Tina Satter
Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici