Hôtel Singapura, on y passerait bien la nuit !

Drame singapourien (1h44) sorti le 24 août 2016 (interdit aux moins de 12 ans avec avertissement)

Réalisé par Eric Khoo, avec Josie Ho, George Young, Choi Woo-Shik

Singapura 3

Si le cinéma asiatique dispose de plus en plus de visibilité dans nos salles de cinéma, les œuvres singapouriennes ne sont pas si fréquentes que cela. Il faut bien avouer que la censure n’aide pas les rares réalisateurs à mener leurs projets à termes. C’est donc avec une certaine curiosité que nous pouvons nous rendre à « Hôtel Singapura ».

Singapura 2

A travers le personnage d’Imrah, nouvelle femme de ménage de cet hôtel, huit « sketchs » vont se succéder. Le film balaie l’histoire du pays à partir des années 40 jusqu’à un proche futur. Deux amants sont contraints de se quitter lorsque l’un des deux, anglais, retourne dans son pays. Imrah rencontre Damien, chanteur d’un groupe pop venu célébrer le succès de leur dernier disque. Une japonaise s’ébat avec son amant travesti juste avant que celui ne se fasse opérer. Deux jeunes touristes chinois censés être meilleurs amis se retrouvent dans des situations inconfortables.

Singapura 4

Toutes ces scènes possèdent des dénominateurs communs : la chambre 27 (d’où le titre original : « In the room ») et le sexe (d’où l’interdiction aux moins de 12 ans avec avertissement) qui définit ses personnages de façon intime. Surtout, le film est réalisé avec beaucoup de soin, ce qui sublime sa dimension sensuelle. La scène d’ouverture en noir et blanc (faisant suite à l’évènement historique : les troupes japonaises envahissant Singapour) pose d’emblée les bases d’un esthétisme de qualité. La deuxième, très colorée, nous plonge dans l’ambiance des comédies musicales. Les autres « sketchs » sont du même acabit, jusqu’à la dimension fantastique et futuriste pour les derniers moments du film. Les acteurs rendent le tout très réaliste et très sensible, l’actrice la plus connue étant Josie Ho – chanteuse très populaire en Chine – vue dans Contagion de Stevie Soderbegh.

Si le rythme parfois lent et la dimension poétique pourront rebuter les spectateurs de films popcorn, ce film ravira les amateurs de cinéma par son originalité et sa qualité cinématographique.

Laisser un commentaire