Nocturnal animals : la nuit n’est pas un long fleuve tranquille…

Thriller américain sorti le 4 janvier 2017 (durée : 1h57) réalisé par Tom Ford

Avec Jake Gyllenhaal, Amy Adams, Michael Shannon, Aaron Taylor-Johnson

Hollywood, où as-tu caché tes thrillers névrosés ?

A l’époque des super-héros, des franchises et des reboots, les bons thrillers psychologiques américains se font de plus en plus rares. Si les écrivains Gillian Flynn (Gone Girl, Dark Places) et Dennis Lehane (Mystic River, Shutter Island, Gone baby gone) nous ont permis de vivre de grands moments avec leurs adaptations au cinéma, il faut bien avouer que c’est un genre de plus en plus oublié. Et même si les Français tentent de s’y mettre (avec succès comme « Ne le dis à personne », avec plus de difficulté dans le récent « Iris »), nous restons quand même clairement nettement en dessous des standards de l’Oncle Sam. Heureusement, Jake Gyllenhaal veille. L’acteur d’à peine 36 ans peut déjà se targuer d’une filmographie aussi dense que de qualité, avec des rôles de tourmentés qui lui vont comme un gant (Donnie Darko, Nightcall, Demolition).

nocturnal-2

Plongeon dans le passé de la mise en abîme.

                Isolée dans une existence ennuyeuse, Susan reçoit le manuscrit de son ex-mari Edward dont elle n’a plus de nouvelles depuis 19 ans. La lecture de cette œuvre terriblement violente va la troubler. Quels sont les liens entre ce roman et les moments que les deux amoureux ont vécu dans le passé ? Quel impact aura-t-il sur sa vie actuelle ? Les anciens époux vont-ils se retrouver ? Tirée du roman « Tony and Suzan » écrit par Austin Wright, cette intrigue va se décliner en trois strates : la vie de Susan actuellement, l’histoire écrite par Edward et les flash-back de la vie commune à Tony et Susan. Ces trois angles se dévoilent, s’enchevêtrent, se percutent… Pour son deuxième long-métrage (après le remarqué « A single man » avec Colin Firth et Julianne Moore), Tom Ford choisit donc de s’attaquer à ce scénario alambiqué et ambitieux.

NOCTURNAL ANIMALS

Essai transformé ?

                Les acteurs sont inspirés. Comme à son habitude, Jake Gyllenhaal crève l’écran, dans le registre du bon gars tellement gentil qu’il se prend des portes sur le coin du nez. Amy Adams n’est pas en reste, tout en sobriété, incarnant une femme mélancolique errant dans une vie à la fois luxueuse et sans grand intérêt. Michael Shannon joue le rôle du shérif zélé avec beaucoup de présence et de charisme. Les rôles secondaires apportent tous leur pierre à l’édifice : Aaron Taylor-Johnson en méchant-agité du cerveau ou Laura Linney en mère impitoyable.

En tant qu’ancien styliste chez Gucci, Tom Ford a évidemment soigné sa réalisation. La scène d’ouverture sait immédiatement placer le spectateur dans cet univers un peu sordide, où l’on se contente de la médiocrité. L’ambiance mixe souvent la pénombre angoissante et la lumière classe, comme si Susan, en bonne artiste contemporaine, revisitait Le Caravage à la mode du XXIème siècle. On sent que le danger est imminent, qu’il va se passer quelque chose, qu’il va falloir réagir… N’est-ce pas la base de tout bon thriller ?

Et l’intrigue dans tout ça ? Il faut un certain temps pour faire le lien entre les différentes strates. Au début, la vie actuelle de Susan nous laisse un peu sur notre faim. Les plans où elle lit en semblant touchée s’intercalent avec les scènes beaucoup plus oppressantes illustrant le roman d’Edward, sans que l’on se sente vraiment investi dans le film. Et puis petit à petit, on fait du sens, on construit des ponts. La lisibilité n’est pas forcément accessible facilement, ce qui limitera à mon avis le succès de ce film. Et pourtant, tout se tient, l’intention du film est exprimée avec cohérence et grammaire cinématographique de bout en bout.

nocturnal-3

En conclusion, Nocturnal Animals est un thriller oppressant comme on n’en voit plus beaucoup, avec des acteurs inspirés qui évoluent dans une intrigue complexe à trois strates, le tout magnifié par un esthétisme soigné. Néanmoins, tous les spectateurs n’entreront pas dans l’intention d’un film parfois difficilement lisible.

City Zen

Nicolas, 37 ans, du Nord de la France. Professeur des écoles. Je suis un cinéphile éclectique qui peut alterner entre blockbusters, films d’auteur, films français, américains, petits films étrangers, classiques du cinéma. J’aime quand les films ont de la matière : matière à discussion, à interprétation, à observation, à réflexion… Quelques films que j’adore pour cerner un peu mes goûts : Matrix, Mommy, Timbuktu, la Cité de la Peur, Mission Cléopâtre, Ennemy, Seven, Fight Club, Usual Suspect, Truman Show, Demain, Big fish, La Haine, La Vie est belle, Django, Rubber, Shutter Island...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :