BIFFF jour 11 : Enfermés dans une piscine et perdus sur une île

Et c’est avec deux films que s’achève, pour nous, cette 37èmeédition du Festival du film fantastique de Bruxelles.

The Pool – Ping Lumprapleng

Sans titrea

Réalisateur : Ping Lumprapleng
Casting : Ratnamon Ratchiratham, Theeradej Wongpuapan
Titre original : Hô Boi Tu Thân
Genre : Thriller
Origine : Thaïlande
Durée : 1h30

The Pool avait déjà était présenté au BIFFF en début de semaine. N’ayant pas pu assister à cette séance, mais ayant entendu de nombreux retours animés (positivement ou négativement, vous le saurez bientôt), nous nous faisions une joie de finalement le découvrir.

Un lieu de tournage de film, une immense piscine de 6 mètres de profondeur. Day s’endort paisiblement sur son matelas gonflable après une dure journée de travail… un ami le prévient que l’eau va lentement se vider et qu’il ferait mieux de sortir de là rapidement, car tout le monde est parti. Et, chose incroyable… il n’écoute pas son conseil avisé. En plus, un crocodile s’est échappe et se balade tranquillement aux alentours.

Pourquoi les crocodiles dorment-ils la gueule ouverte ?

De quelle couleur est la langue des crocodiles ?

Pourquoi existe-t-il des piscines sans échelle ?

Peut-on réellement ne prendre que des décisions idiotes ?

Combien de temps peut-on passer sans respirer sous l’eau sans en garder de séquelles ?

Quelles sont les chances de survivre à un très gros coup sur l’arrière de la tête, suivi d’un chute ?

De quelle taille sont les œufs des crocodiles ?

Que fait, normalement, un crocodile affamé face à deux proies ?

Pourquoi ne pas s’aider de ses pieds plutôt que d’utiliser uniquement la force de ses mains ?

Combien de mètres peut contenir un rouleau de ruban adhésif ?

La pizza contenait-elle de l’ananas ?

Toutes ces questions, et bien d’autres, sont des interrogations que soulève ce thriller thaïlandais, en presque total « huis clos » à ciel ouvert. Jamais logique ou cohérent, des personnages aussi absurdes que leurs réactions, des malchances en série… un excellent moment à passer, que l’on peut difficilement prendre au sérieurx, qui plus est, entourés du public du BIFFF !

Cut Off – Christian Alvart

CUT-OFF_Still-3_BIFFF2019

Réalisateur : Christian Alvart
Casting : Fahri Yardim, Jasna Fritzi Bauer, Lars Eidinger, Moritz Bleibtreu
Titre original : Abgeschnitten
Origine : Allemagne
Genre : Thriller, Action
Durée : 2h11

Dernier film que nous avons vu au BIFFF cette année, Cut Off est un thriller allemand adapté du roman de Sebastien Fitzek (dont le titre en français est L’inciseur). Sur un île au milieu de l’océan frappée par un ouragan, une jeune femme découvre un cadavre. Au même instant, sur le continent, un médecin légiste découvre un indice qui le concerne directement, alors qu’il est en pleine autopsie. Celui-ci le mènera à une suite de pistes aussi étonnantes qu’effrayantes et impératives. En effet, le temps presse : la vie de sa fille en dépend.

Cut Off fût pour nous une réelle surprise. La tension n’est jamais relâchée, le suspense est constant, pour une ambiance sans arrêt haletante. Tout comme les deux personnages principaux, le spectateur devient progressivement de plus en plus méfiant, tentant de discerner le pourquoi du comment et de comprendre les nombreuses imbrications que détiennent les actions des protagonistes. L’essentiel des évènements se déroulent par communication téléphoniques interposées, entre deux inconnus. La tension n’en est que plus grande car ce procédé octroie une forme d’incertitude à tout ce qui pourrait se dérouler, notamment quant aux motivations des personnages.

L’environnement n’est pas accueillant, tout le monde a fui l’île en raison de l’ouragan, aucune issue ne semble possible, les personnages sont complexes au premier regard, et encore plus en profondeur, tout le monde semble à un moment ou un autre suspect, de la vengeance et des crimes sordides : tous les éléments d’un excellent thriller, maîtrisé de bout en bout. Et si la fin semble un peu abrupte et que l’on dénombre quelques incohérences, celles-ci ne viennent pas entacher la qualité générale du métrage, ni son appréciation.

Anne-Laure
Passionnée de culture en général et notamment de cinéma. J’apprécie autant découvrir et parler de grands classiques, de films « à succès » ou de petites pépites (presque) inconnues, de toute époque et de tout genre, avec sans doute un amour plus particulier pour le cinéma d’animation. Les découvertes, leur transmission et leur partage m'intéressent plus que tout et j'aime me dire que je peux y contribuer.

Laisser un commentaire