Festival Anima 1 : Virus Tropical de Santiago Caicedo

Tout au long de cette semaine (ou plus exactement, sur une dizaine de jours), nous avons la chance et le plaisir de vous partager nos critiques de films que nous avons vus au festival du film d’animation de Bruxelles, le Festival Anima. Celui-ci prend place dans différents lieux à Bruxelles : Flagey, la Cinematek, le Cinéma Palace et le Cinéma des Galeries.
La programmation du festival est, comme chaque année, très variée : courts et longs métrages venus des quatre coins du monde.

Le premier film que nous avons découvert, avec grand plaisir, est Virus Tropical. Ce dernier avait déjà été présenté dans quelques autres festivals.

Réalisateur : Santiago Caicedo de Roux

Titre Original : Virus Tropical

Pays d’origine : Colombie

Genre : Drame

Durée : 1h37

Virus Tropical est un film d’animation colombien et est le premier long-métrage du réalisateur Santiago Caicedo. C’est aussi une adaptation d’un roman graphique autobiographique du même nom, écrit par Power Paola en 2011.

Le film nous raconte le début de sa vie, son enfance et son adolescence. Née d’une mère qui ne pouvait plus avoir d’enfant à la suite d’une opération et d’un père (ancien) prêtre, Paola grandit avec ses deux sœurs, entre l’Équateur et la Colombie, entre la fin des années 1970 et les années 1980.

Il donne à voir les problèmes propres à ces périodes de la vie : des jalousies et amitiés entre sœurs, des difficultés d’intégration et de rejets, aux premiers amours en passant par des problèmes relationnels entre parents. Autant d’expériences et de « moments de vie » qui forgeront le destin et le caractère de Paola, petite fille pleine d’imagination. Les personnages du métrage ont de fortes personnalités, bien affirmées et distinctes les unes des autres, permettant d’obtenir une large palette de réactions, de comportements et de soucis différents (notamment générationnels et intergénérationnels) : autant de choix qui entraînent différentes vies. Au-delà de ces vies, de leurs hauts et de leurs bas et du fait de grandir, c’est aussi le monde et ses conventions, toujours en changements et évolutions, qui nous est montré.

Sans oublier une touche d’humour et une certaine légèreté, le film aborde également des questionnements religieux et les relations hommes-femmes. En effet, Paola vit dans un environnement essentiellement féminin et les hommes ne sont pas montrés sous un jour extrêmement positif (lâches, profiteurs …).

Le graphisme, inspiré directement de l’œuvre de Power Paola, se révèle très original et agréable à l’œil. L’utilisation exclusive du noir et blanc donne la sensation que les personnages et objets mouvants se déplacent telles des « marionnettes de papier » sur les décors. Ceux-ci sont emplis de détails, qu’il s’agisse de villes pourvues de nombreux immeubles, ou de paysages dans lesquels l’on se perd dans les arbres et les feuilles.

Les musiques qui composent la bande originale proviennent de différents registres (pop, rock…) sont, elles aussi, extrêmement bien choisies et confèrent (encore) plus de vie à l’histoire.

Entre « tranche de vie » et coming of age, Virus Tropical est un film très beau et original, qui fait voyager autant qu’il fait se questionner sur soi-même ou renvoie à des souvenirs personnels grâce à l’universalité des problèmes et évènements qu’il dépeint.

La bande-annonce pour vous donner encore plus envie de découvrir ce film qui mérite véritablement d’être vu.

 

Tous les Films vus à Anima en 2019 (liste en évolution jusqu’au 11 mars)

Virus Tropical
Okko et les fantômes
Miraï, ma petite soeur
Buñuel dans le labyrinthe des tortues
Chris the Swiss
Ruben Brandt, Collector
Tito et les oiseaux
Je veux manger ton pancréas
Another day of life
Penguin Highway
Le Château de Cagliostro
The Tower
Funan
Palmarès

Anne-Laure
Passionnée de culture en général et notamment de cinéma. J’apprécie autant découvrir et parler de grands classiques, de films « à succès » ou de petites pépites (presque) inconnues, de toute époque et de tout genre, avec sans doute un amour plus particulier pour le cinéma d’animation. Les découvertes, leur transmission et leur partage m'intéressent plus que tout et j'aime me dire que je peux y contribuer.

Laisser un commentaire