Le combat du capitaine Newman de David Miller

Pays États-Unis
Année 1963
Casting  Gregory Peck, Robert Duvall, Tony Curtis, …
Genre Comédie dramatique

Elephant Films ressort des titres moins réputés dans le domaine de la guerre avec cette fois-ci un joli casting aux commandes.

Pendant la seconde guerre mondiale, le docteur Josuah Newman dirige un hôpital psychiatrique pour vétérans. Il va ainsi tenter de redonner goût à la vie à ces soldats traumatisés par la guerre.

On l’oublie souvent mais le stress post-traumatique et toutes les répercussions psychologiques du combat chez un soldat constituaient et constituent toujours un certain tabou. L’inhumanité dont ont fait preuve ces outils d’un système belliciste ressort avec un impact aussi dévastateur qu’une bombe, obligeant le monde à faire face aux conséquences de sa nature guerrière. Le film de David Miller s’avérait dès lors intéressant, parlant de ce sujet avec certes une envie de comédie mais sans ignorer l’implication derrière ces soldats détruits moralement.

Nominé à l’époque dans trois catégories aux Oscars, le film arrive à illustrer une certaine situation tout en essayant au mieux de s’orienter vers le comique. C’est là que le bât blesse le plus tant l’humour est inégal, là où la dramaturgie se retrouve renforcée lors de certaines séquences. On pourra d’ailleurs souligner la nature impeccable du casting trois étoiles du métrage, parvenant à amener de la lumière à un film qui aurait peut-être gagné à plus de sombre. Concernant l’édition fournie par Elephant Films, on se situe dans la même bonne facture technique qu’à l’accoutumée. Les suppléments proposent une présentation d’une douzaine de minutes du film par l’historien du cinéma Laurent Aknin ainsi qu’une bande annonce.

S’il aurait pu aller plus loin dans ses questionnements, « Le combat du capitaine Newman » se révèle assez rondement mené, notamment dans la chaleur qu’il apporte avec un sujet pourtant compliqué. De quoi rester marqué par certaines séquences au vu de la thématique centrale toujours aussi brûlante d’un film pourtant âgé de presque 60 ans…

Liam Debruel

Amoureux du cinéma. À la recherche de films de qualités en tout genre,qu'importe la catégorie dans laquelle il faut le ranger. Le cinéma est selon moi un art qui peut changer notre vision du monde ou du moins nous faire voyager quelques heures. Fan notamment de JJ Abrams,Christopher Nolan, Edgar Wright,Fabrice Du Welz,Denis Villeneuve, Steven Spielberg,Alfred Hitchcock,Pascal Laugier, Brad Bird ,Guillermo Del Toro, Tim Burton,Quentin Tarantino et Alexandre Bustillo et julien Maury notamment.Écrit aussi pour les sites Church of nowhere et Le quotidien du cinéma. Je m'occupe également des Sinistres Purges où j'essaie d'aborder avec humour un film que je trouve personnellement mauvais tout en essayant de rester le plus objectif possible :)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :