Shadow in the Cloud : le come-back de Chloé Grace Moretz

Sortie en Blu-ray/DVD: le 15 avril 2021

Genre: Fantastique, guerre

Durée: 1h23

Réalisateur: Roseanne Liang

Scénario: Mark Landis et Roseanne Liang

Casting : Chloé Grace Moretz, Beulah Kdale Taylor, John Smith, Callan Mulvey et Nick Robinson

 Synopsis: Alors que la Seconde Guerre mondiale bat son plein, en Nouvelle-Zélande, la jeune Maude Garrett embarque à bord d’un bombardier Boeing B-17 Flying Fortress. Elle est chargée du transport de documents top secret qu’elle doit emmener à Samoa. Outre la menace des puissances de l’Axe, le danger vient aussi de l’intérieur. À bord de l’appareil, Maude et les soldats vont devoir affronter une mystérieuse créature particulièrement agressive.

Tous à bord !

Avec un spitch aussi simplet, Shadow in the Cloud pourrait facilement être catégorisé comme le DTV du dimanche, pourtant et malgré son budget modeste comparé aux blockbusters hollywoodien actuelle, le premier film de la Néo-zélandaise Roseanne Liang se démarque via une véritable inventivité dans sa mise en scène et sa narration tout en proposant un spectacle jubilatoire. Le film débute sur un petit court métrage d’animation humoristique aux allures de film de propagande visant à se moquer des pilotes de l’armée américaine qui croyait en l’existence des Gremlins ou qui s’en servait comme prétexte pour ne pas assumer les soucis techniques durant un vol. Une intro qui se veut assez décaler mais qui prépare habilement le spectateur à ce qu’il s’apprête à découvrir. Passer cette introduction en matière, le film nous immerge dans une ambiance surnaturelle avec une bande son très années 80 que n’aurais pas régné un John Carpenter et nous fait faire la connaissance du personnage principal, Maude Garret interprété par Chloé Grace Moretz qui va porté ses 1h25 de film sur ses épaules. Dès son apparition Maude est montré comme une entité forte, quelqu’un qu’il faudra pas venir chercher des noises comme on dit, mais celà l’empêchera pas pendant près de 40 mn de rester cloisonner dans une tourelle défectueuse à subir par radio l’intolérance, voir la misogynie de l’équipage constitué évidemment d’homme qui vont se sentir troublé par son unique présence et sans cesse la rabaisser. Alors on pourrait se dire que aujourd’hui les mentalités ont changé et qu’au sein de l’armée les femmes ont autant leurs places que les hommes, mais en 1944 c’était pas la même limonade. Bien que l’objectif principal du film n’est pas de délivré un discours féministe engagé, c’est un détail dans l’histoire qui à néanmoins son importance dans le récit et qui à le mérite d’être bien développé. Roseanne Liang décide donc de placé 80% de son récit dans une tourelle en piteux état, ou le personnage de Maude va devoir non seulement lutté contre l’indifférence de ses collègues ainsi que les forces ennemies rôdant aux alentours, mais en plus lutté contre une entité mystérieuse et malfaisante face à laquelle elle restera pas impuissante malgré une position délicate.

Car oui, Shadow in the Cloud au-delà des apparences, reste bel et bien un film de monstre et bien que sur le papier c’est pas la première fois que le Gremlins fait son apparition sur les écrans, c’est bien la première fois qu’il est traitement autrement que comme un lutin sournois et blagueur. Non ici la créature est bien plus cruelle, hostile et terrifiante que dans les 2 films de Joe Dante. S’inspirant avant tout des légendes inventé par les pilotes de l’armée américaine, Roseanne Liang et son scénariste Mark Landis n’hésitent pas à prendre toute les libertés nécessaire pour construire leurs propres mythologie autour de la créature. En plus d’avoir un design original et d’être visuellement réussi (Weta Digital ayant contribué en coulisse), c’est l’aura autour de la créature qui reste assez fascinante au-delà du spectacle qui nous est proposé.

Car bien que 40mn de huit clos ou on reste uniquement focus sur l’héroïne principal peut paraître un peu radical, c’est bien la partie qui marquera le plus le spectateur après visionnage, mais Shadow in the Cloud n’en oublie pas pour autant sa fonction première, divertir. Grâce à un rythme suffisamment bien géré et soutenu, qui au bout de ses 40mn de huit clos, explose dans un tourbillon pour le moins explosif et jubilatoire. Une partie grand spectacle et vertigineux ou Chloé Grace Moretz pourrait être le fruit d’une relation entre Sarah Connor et Chuck Norris tant cette dernière se montre être particulièrement badass. Une partie actionner bourrine ou Roseanne Liang assume sa passion pour les films d’action des années 80 tel que Terminator, Aliens ou Predator. On pourrait trouver cette dernière partie assez facile comparé à la partie huit clos qui prenait bien plus de risque et qui compose 80% du long métrage, mais c’est fait avec une véritable générosité et c’est un peu ce qu’on vient chercher finalement.

Malgré une sortie en Direct to DVD sur notre territoire, Shadow in the Cloud n’en reste pas moins un divertissement de qualité, avec son lot d’instant jouissif, mettant en scène une héroïne à l’ancienne et offrant une nouvelle approche d’une créature mythique.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :