Aller à la barre d’outils

Memories of murder de Bong Joon-Ho

Pays Corée du sud
Année 2003
Casting Song Kang-Ho, Kim Sang-kyung, Hie-bong Byeon, …
Genre Thriller, Drame, Policier

C’est une enquête éprouvante que nous offre Bong Joon-ho, quitte à ne pas en sortir indemne…

En 1986, dans la province de Gyunggi, le corps d’une jeune femme violée puis assassinée est retrouvé dans la campagne. Deux mois plus tard, d’autres crimes similaires ont lieu. Dans un pays qui n’a jamais connu de telles atrocités, la rumeur d’actes commis par un serial killer grandit de jour en jour. Une unité spéciale de la police est ainsi créée dans la région afin de trouver rapidement le coupable. Elle est placée sous les ordres d’un policier local et d’un détective spécialement envoyé de Séoul à sa demande. Devant l’absence de preuves concrètes, les deux hommes sombrent peu à peu dans le doute…

Ce qui frappe à la fin de la découverte de ce long-métrage, c’est la sécheresse de son enquête. Il est logique qu’il ait été si souvent comparé au « Zodiac » de David Fincher tant les deux partagent une même forme d’austérité et de regard sur le fonctionnement de leur pays respectif par le biais de meurtres choquants. Ainsi, la mise en scène de Bong Joon-ho est aussi anti-spectaculaire qu’elle parvient à capter la froideur d’une telle investigation, avec notamment son opposition de caractères par ses deux enquêteurs principaux.

Évidemment, tout cela risque de désarçonner par la façon dont l’investigation est appréhendée. On n’y retrouve guère d’effets de style ostensibles, pas plus de virtuosité technique apparente mais plutôt une maîtrise totale qui souligne la puissance de l’intrigue, notamment tous ses rebondissements et la façon dont les enquêteurs sont perpétuellement mis au pied du mur. C’est moins le meurtrier qui intéresse que ces hommes en permanence confrontés à une impossibilité de mettre fin à cette série de meurtres odieux, leurs failles explosant dans une conclusion qui nous laisse sans voix.

Plus qu’un suspense total, c’est une tristesse permanente qui nous habite durant le visionnage de ce « Memories of murder ». Si Bong Joon-Ho aura su se montrer auteur reconnu et aussi important, c’est par la force de ses personnages et l’amertume qu’ils véhiculent. En ce sens, « Memories of murder » annonce l’importance de son réalisateur ainsi qu’une œuvre des plus passionnantes.

Liam Debruel

Amoureux du cinéma. À la recherche de films de qualités en tout genre,qu'importe la catégorie dans laquelle il faut le ranger. Le cinéma est selon moi un art qui peut changer notre vision du monde ou du moins nous faire voyager quelques heures. Fan notamment de JJ Abrams,Christopher Nolan, Edgar Wright,Fabrice Du Welz,Denis Villeneuve, Steven Spielberg,Alfred Hitchcock,Pascal Laugier, Brad Bird ,Guillermo Del Toro, Tim Burton,Quentin Tarantino et Alexandre Bustillo et julien Maury notamment.Écrit aussi pour les sites Church of nowhere et Le quotidien du cinéma. Je m'occupe également des Sinistres Purges où j'essaie d'aborder avec humour un film que je trouve personnellement mauvais tout en essayant de rester le plus objectif possible :)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :