Les cinq secrets du désert de Billy Wilder

Pays États-Unis
Année 1943
Casting Franchot Tone, Anne Baxter, Akim Tamiroff, …
Genre Guerre, espionnage

Quand Elephant nous propose un titre de Billy Wilder, il n’y a qu’une réponse possible et elle est tout aussi positive que son film.

En 1942, peu de temps après la chute de Tobrouk, l’armée britannique est en pleine déroute. Un officier britannique, Bramble, trouve refuge dans un hôtel du Caire.

Est-ce que nous vanterons assez les qualités cinématographiques de Billy Wilder ? Probablement pas tant chacun de ses titres relève d’un éclectisme apparent au niveau des genres, bien qu’étant tous reliés par la volonté permanente d’offrir la meilleure histoire possible en réaction à leur public. Les cinq secrets du désert relève de cette même envie et maîtrise dans ses ambitions. Sorti en plein conflit, le film s’inscrit dans une forme de comédie n’occultant jamais la gravité du conflit. Au contraire même, en dépit d’un ancrage historique que l’on ressent par le soutien fort envers les forces alliées, Wilder se gausse de l’ennemi et permet de divertir au mieux tout en prenant acte des malheurs causés par les allemands. L’ironie n’est jamais loin mais ne renie jamais la réalité des faits.

Doté comme toujours de la part de Wilder d’une écriture des personnages créant un lien fort avec le public, le film use de la fiction pour théoriser sur l’engagement de certains et le fil ténu qui sépare la vie et la mort durant la guerre, faisant de cet hôtel un faux refuge et un vrai canalisateur d’une tension permanente, résultat d’un jeu de secrets qui se trouve même dans la recherche de ces tombeaux mystérieux. Notons que si le titre original met en avant ces derniers par l’usage du terme « Graves », le titre français reflète également cette mécanique au cœur d’un film bien huilé.

Marqué par son contexte historique et la réalité des conflits, Les cinq secrets du désert offre un suspense bien mené et un divertissement de qualité, comme toujours venant de la part de Billy Wilder. Une nouvelle preuve que l’on ne parlera jamais assez de ce réalisateur dont le talent transcende toujours à l’heure actuelle.

Liam Debruel

Amoureux du cinéma. À la recherche de films de qualités en tout genre,qu'importe la catégorie dans laquelle il faut le ranger. Le cinéma est selon moi un art qui peut changer notre vision du monde ou du moins nous faire voyager quelques heures. Fan notamment de JJ Abrams,Christopher Nolan, Edgar Wright,Fabrice Du Welz,Denis Villeneuve, Steven Spielberg,Alfred Hitchcock,Pascal Laugier, Brad Bird ,Guillermo Del Toro, Tim Burton,Quentin Tarantino et Alexandre Bustillo et julien Maury notamment.Écrit aussi pour les sites Church of nowhere et Le quotidien du cinéma. Je m'occupe également des Sinistres Purges où j'essaie d'aborder avec humour un film que je trouve personnellement mauvais tout en essayant de rester le plus objectif possible :)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :