L’héritage des 500 000 de Toshirō Mifune

Pays : Japon
Année : 1963
Casting : Toshirō Mifune, Tatsuya Nakadai, Tatsuya Mihashi, …
Genre : Guerre, drame, aventure

Après la ressortie du film en salles, Carlotta nous fait découvrir le passage de Toshirō Mifune derrière la caméra en Blu-Ray et DVD.

Takeichi Matsuo, soldat japonais revenu dans son pays après la guerre, travaille comme cadre dans une petite entreprise. Il rencontre Mitsura Gunji, un gros patron qui lui propose de retourner aux Philippines chercher un trésor abandonné…

Faut-il présenter une nouvelle fois Toshirō Mifune ? L’acteur est mythique, notamment pour ses rôles dans les films d’Akira Kurosawa, mais son passé de réalisateur est régulièrement oublié. Logique : il n’est passé qu’une fois derrière la caméra avec un sentiment d’amertume. Nous en avions déjà parlé lors de sa ressortie en salles mais on reste sur notre position : malgré un résultat imparfait, on confirme que l’homme avait des capacités également dans la mise en scène. Revenons ainsi sur la composition de ses cadres et l’importance de la photographie par Takao Saito, collaborateur à plusieurs reprises de Kurosawa. Bien que ce dernier sera peu appréciateur du film de son poulain, il faut bien admettre qu’il y a quelque chose de fascinant dans la réalisation de Mifune.

Ce dernier aborde de manière pêle-mêle l’autodestruction de l’humain face à l’argent, le tout en le replaçant dans un contexte national intéressant. La nature belliqueuse du récit enrichit le visionnage, que ce soit par une symbolique d’une défaite honteuse à oublier ou du traitement des soldats après le conflit, outils aussitôt jetés une fois utilisés. Derrière un pays en reconstruction, il y a des hommes qui cherchent eux-mêmes à se redéfinir dans une société les ayant abandonné. Le scénario de Ryūzō Kikushima, auteur notamment derrière « Le Château de l’araignée » et « La Forteresse cachée », aborde cela avec un sens du danger jamais remis en question et une certaine misanthropie derrière certains protagonistes, alimentant un film à charge contre la nature conquérante de personnes n’y voyant qu’un moyen de s’enrichir, au risque d’aller à leur perte.

Le Blu-Ray fourni par Carlotta s’avère qualitatif, que ce soit dans le master haute définition présent sur le disque, rendant une nouvelle jeunesse au film, ou les contenus supplémentaires. Ceux-ci se composent d’une préface introduisant succintement le long-métrage, un documentaire sur l’acteur/réalisateur d’1h20 narré par Keanu Reeves ainsi que la bande-annonce pour sa ressortie en 2019 et un fac similé du dossier de presse d’époque.

Nous disions pour sa ressortie qu’avec « L’héritage des 500 000 », Toshirō Mifune nous livrait un grand film profond qui devrait ravir à peu près tout le monde par son intemporalité et sa réflexion. Nous le répétons à nouveau et conseillons grandement cette édition, permettant d’en découvrir plus sur un acteur à l’aura toujours puissante…

Liam Debruel
Amoureux du cinéma. À la recherche de films de qualités en tout genre,qu'importe la catégorie dans laquelle il faut le ranger. Le cinéma est selon moi un art qui peut changer notre vision du monde ou du moins nous faire voyager quelques heures. Fan notamment de JJ Abrams,Christopher Nolan, Edgar Wright,Fabrice Du Welz,Denis Villeneuve, Steven Spielberg,Alfred Hitchcock,Pascal Laugier, Brad Bird ,Guillermo Del Toro, Tim Burton,Quentin Tarantino et Alexandre Bustillo et julien Maury notamment.Écrit aussi pour les sites Church of nowhere et Le quotidien du cinéma. Je m'occupe également des Sinistres Purges où j'essaie d'aborder avec humour un film que je trouve personnellement mauvais tout en essayant de rester le plus objectif possible :)

Laisser un commentaire