2001 : le jeu vidéo en pleine expansion

Période : jeux vidéo sortis entre le 1er janvier et le 31 décembre 2001
Développeurs : Nintendo, Capcom, Konami, Rareware, Squaresoft, Remedy, Bungie, Polyphony Digital
Concepteurs : Hideo Kojima, Masashi Tsuboyama, Fumito Ueda, Hideki Kamiya, Shu Takumi
Genres : Action aventure, infiltration, survival-horror, third person shooter, RPG, beat’em up, combat

Compositeurs : Akira Yamaoka, Harry Gregson-Williams, Kyohiro Sada, Takashi Niigaki, Masami Ueda
Supports : PlayStation 2, Game Cube, Xbox, Game Boy Advance, PlayStation, Nintendo 64, Game Boy Color

 

Il y a 20 ans, l’année 2001 entamait le nouveau millénaire avec une sixième génération qui continuait de s’imposer grâce à la sortie de nouvelles consoles.

image 2001 playstation 2
Suivant la lignée de sa grande sœur, la PlayStation 2 s’offre une ludothèque qui défie toute concurrence.

Après une première année assez calme, la PlayStation 2 commence sérieusement à montrer ce qu’elle a sous le capot avec des hits comme Onimusha et Devil May Cry, tous deux précurseurs du beat’em up moderne, mais aussi le RPG Shadow Hearts, le FPS Red Faction et le tout premier Jak & Daxter par Naughty Dog. Les nouvelles sagas ne s’arrêtent pas là avec le survival horror Project Zero, Zone of the Enders par Hideo Kojima, un Burnout survitaminé ainsi que Maximo, successeur spirituel de la saga Ghosts’n Goblins de Capcom. Tandis que Pro Evolution Soccer prend la suite des jeux de football International Superstar Soccer, les expériences originales se multiplient avec le rail-shooter musical Rez, l’intrigant Shadow of Memories de Konami et l’enivrant Ico, première œuvre de l’illustre Fumito Ueda.

De nombreuses suites voient le jour à commencer par SSX Tricky, Klonoa 2, PaRappa the Rapper 2, Soul Reaver 2, sans oublier les RPG Legaïa 2 et Jade Cocoon 2. Mais c’est surtout Konami qui frappe très fort avec un Silent Hill 2 exceptionnel qui pousse la symbolique horrifique beaucoup plus loin tout en maintenant un haut niveau de game design, tandis que Metal Gear Solid 2 améliore fortement le gameplay du précédent épisode en tout point. S’il a pu diviser les joueurs pour le choix surprise de son deuxième protagoniste, il reste un monument du jeu vidéo pour ses situations d’anthologie. La PlayStation 2 accueille également d’autres hits tant attendus comme Final Fantasy X, dernier RPG principal de la saga à maintenir une identité forte, mais aussi un Gran Turismo 3 qui explose les ventes et un Grand Theft Auto III qui révolutionne les possibilités d’un open world en 3D.

Si WWF SmackDown ! Just Bring It enrichit encore le système de création de personnages pour de superbes combats de catch, d’autres suites viennent agrémenter le catalogue de la console avec Crash Bandicoot La Vengeance de Cortex, Tony Hawk’s Pro Skater 3, Dynasty Warriors 3, Ace Combat Distant Thunder ou encore King’s Field IV, qui est loin d’être aussi mauvais que ce que la réputation de la saga cherche à faire croire. On trouve aussi le party-game Rayman M, un Bomberman Kart de piètre qualité, un Baldur’s Gate Dark Alliance davantage axé sur l’action que sur le jeu de rôle et le sympathique Espion Pour Cible qui lance une nouvelle génération de jeux James Bond.

 

Une PlayStation qui n’a pas encore dit son dernier mot

image 2001 ps1
Toujours en vogue, la PlayStation continuait toujours de sortir de bons titres.

Alors que la PlayStation 2 rafle tout sur son passage, sa grande sœur reste très présente sur le marché et propose encore plusieurs titres de qualité. Parmi eux se trouvent un Syphon Filter 3 très réussi bien qu’en deçà des précédents, un Fear Effect 2 un brin provocateur et un Mega Man X6 qui parvient toujours à renouveler la formule. Tandis que l’heure est aux figures sportives à la Tony Hawk avec l’entraînant Mat Hoffman’s Pro BMX, le fusil G-Con 45 continue d’être exploité avec Time Crisis Project Titan et Gunfighter La Légende de Jesse James. Née sur PC, la saga horrifique de Frédérick Raynal s’exporte une nouvelle fois sur console avec Alone in the Dark The New Nightmare, dont le game design reste toutefois loin d’égaler celui de Resident Evil.

Toujours plus commerciale, la PlayStation accueille également plusieurs jeux à licence à la qualité très variable à cette époque. On trouve ainsi un Tintin Objectif Aventure bien moins intense que les épisodes 16-bit, un Kirikou de très bonne facture, mais aussi Batman Gotham City Racer, Spider-Man 2 Enter Electro, Inspecteur Gadget Panique dans le Labyrinthe et surtout Harry Potter à l’École des Sorciers, premier d’une longue lignée d’adaptations des films. La console de Sony continue aussi de recevoir des jeux d’aventure au Japon avec un remake de Dragon Quest IV, le Tactical-RPG Hoshigami Ruining Blue Earth édité par Atlus, Ganbare Goemon Ōedo Daikaiten et Goemon Shin Sedai Shūmei. En outre, les Américains ont droit à une sympathique compilation nommée Final Fantasy Chronicles, qui regroupe Final Fantasy IV ainsi que Chrono Trigger, pour la première fois jouable en français dans sa version canadienne.

 

À l’assaut des consoles portables

image 2001 game boy advance
Une première année de folie qui impose d’emblée la Game Boy Advance comme une incontournable.

Pour contrecarrer Sony, Nintendo s’apprête à sortir une nouvelle console de salon mais commence par concurrencer la WonderSwan Color de Bandai sur le marché des consoles portables. Le 21 mars 2001, la Game Boy Advance propose alors un line-up de grande qualité avec une mouture du remake de Super Mario Bros. 2 nommé Super Mario Advance, un F-Zero Maximum Velocity qui rappelle l’épisode Super Nintendo, ou encore le jeu de course Konami Krazy Racers. Outre le sympathique Kuru Kuru Kururin, le sound novel Silent Hill Play Novel et Mega Man Battle Network, c’est bien Castlevania Circle of the Moon qui frappe le plus fort en confirmant la direction de la saga vers le genre du metroidvania.

La ludothèque de la console se complète rapidement avec Super Mario Advance 2, portage amélioré du chef-d’œuvre Super Mario World, un quatrième Wario Land et un Mario Kart Super Circuit qui comprend également les pistes de Super Mario Kart. De nouvelles licences trouvent naissance à commencer par Ace Attorney, premier jeu mettant en scène l’avocat Phoenix Wright, mais aussi la saga de RPG Golden Sun. D’autres font également leur retour avec Tactics Ogre The Knight of Lodis, Gradius Advance et Pocky & Rocky With Becky.

Le grand succès de la Game Boy Advance provoque l’arrivée de nombreux éditeurs qui veulent capitaliser dessus. Intelligent Systems exporte alors sa saga de Tactical-RPG en Occident avec Advance Wars, Bomberman Tournament exploite une nouvelle fois les possibilité du multijoueur, Klonoa obtient un nouvel épisode nommé Empire of Dreams, Zone of the Enders s’essaie à la 2D avec The Fist of Mars et Harry Potter à l’École des Sorciers sort dans une version très différente.

Outre un Namco Museum incluant quatre jeux et un Tekken Advance qui adapte efficacement Tekken 3, la console obtient de nombreux autres portages de jeux Super Nintendo dès son année de lancement. On retrouve alors Earthworm Jim, le premier Breath of Fire traduit en français, une version très complète de Final Fight, un Super Street Fighter II Turbo Revival incluant les dernières innovations du jeu, mais aussi un mauvais portage d’Ultimate Mortal Kombat 3 sobrement intitulé Mortal Kombat Advance.

Pendant ce temps, la WonderSwan se cantonne au marché japonais et tente de percer avec des jeux comme Final Lap Special, un sympathique remake de Final Fantasy II, ainsi que Guilty Gear Petit 1 et 2. Encore plus discrète, la NeoGeo Pocket termine sa courte carrière avec SNK versus Capcom Card Fighters 2 Expand Edition.

 

La Game Boy Color est toujours là

image 2001 game boy color
Une dernière année d’envergure pour la Game Boy Color !

Malgré l’hégémonie de la Game Boy Advance, sa grande sœur comptait bien résister encore quelques temps avec un panel de jeux qui se défend plutôt bien. On y trouve tout d’abord des portages en 2D de jeux PlayStation, à commencer par Croc 2 et Mat Hoffman’s Pro BMX. Tomb Raider s’essaie même à un deuxième épisode avec La Malédiction de l’Épée. Outre le très moyen Batman Chaos in Gotham et une version encore différente d’Harry Potter à l’École des Sorciers, les RPG se multiplient avec Star Ocean Blue Sphere et Game Boy Wars 3, tandis que Mega Man Xtreme 2 réinterprète efficacement des niveaux de Mega Man X2 et 3. Capcom ne s’arrête d’ailleurs pas là avec un Resident Evil Gaiden bancal malgré son système ingénieux, sans oublier la version plutôt osée d’Alone in the Dark The New Nightmare. De très loin les meilleurs jeux de cette sélection, The Legend of Zelda Oracle of Ages et Seasons prouvent largement que la console peut être exploitée avec deux nouvelles aventures très différentes n’ayant pas grand-chose à envier à Link’s Awakening.

 

La Game Cube arrive enfin

image 2001 game cube
Une première sélection de jeux qui annonce la variété à venir !

 

Le 14 septembre 2001 marque l’arrivée de la nouvelle console de salon de Nintendo capable de rivaliser avec la PlayStation 2. Pour son line-up japonais, la Game Cube allie qualité et sobriété avec l’étonnant Luigi’s Mansion, le très technique Wave Race Blue Storm et un portage du jeu d’Arcade Super Monkey Ball. Pour le lancement américain, c’est le shoot’em up Star Wars Rogue Leader qui met tout le monde d’accord. Nintendo ne s’arrête d’ailleurs pas là pour la fin de l’année avec le jeu de gestion Pikmin et l’excellent Super Smash Bros. Melee, qui devient le nouveau mètre étalon du jeu de combat en arène avec un superbe mariage des licences Nintendo.

Avant de prendre sa retraite, la Nintendo 64 pourvoit tout de même sa ludothèque de plusieurs jeux, la plupart restant exclusifs au Japon. C’est le cas du méconnu Doctor Mario 64, de Bomberman 64 Arcade Edition mais aussi du tout premier Animal Crossing, porté sur Game Cube dès la fin de l’année. L’Occident peut ainsi se délecter sur le cultissime Conker’s Bad Fur Day, superbe jeu de plates-formes qui prend à revers toute forme de bienséance dans un univers régi par le sexe, la drogue et la violence avec de nombreuses références cinématographiques.

 

Le chant du cygne de Sega

image 2001 dreamcast
Une fin de vie marquée par quelques jeux majeurs.

Ancien mastodonte sur le marché des consoles, Sega avait tenté sa dernière chance avec une DreamCast solide qui a su se parer d’un certain nombre de bons jeux durant ses deux premières années d’existence. Mais le 30 mars 2001 signe la fin de la production de la console, provoquant peu à peu la chute du constructeur qui se concentre désormais sur l’édition de jeux chez la concurrence. Néanmoins, la DreamCast obtient ses derniers jeux marquants cette même année, à commencer par Sonic Adventure 2, mais aussi Crazy Taxi 2 et surtout le monument Shenmue II, très attendu après un premier épisode qui avait fortement marqué les joueurs. Pour joueur à plusieurs, les Japonais pouvaient même s’adonner au sympathique Bomberman Online, ou a des portages de jeux d’Arcade comme Garou Mark of the Wolves, Capcom versus SNK 2 et Virtua Tennis 2.

 

Un nouvel arrivant sur le marché des consoles

image 2001 xbox
Une entrée très réussie dans la sixième génération de consoles.

Sega n’étant plus, le moment était idéal pour que Microsoft vienne prendre sa place face à Sony et Nintendo. Le 15 novembre 2001, la toute première Xbox paraît alors avec un line-up d’une rare générosité. Outre sa figure emblématique Halo Combat Evolved, on y trouve également le jeu de combat Dead or Alive 3, les jeux de course Project Gotham Racing et Cel Damage, un superbe passage à la 3D avec Oddworld Munch’s Oddysee, le jeu d’avion Deadly Skies, le party-game Fuzion Frenzy et une version améliorée de Tony Hawk’s Pro Skater 2. On peut aussi citer les jeux d’aventure NightCaster et Azurik Rise of Perathia, sans oublier le jeu d’action navale Blood Wake.

 

 

Des jeux PC qui continuent de se démarquer

image 2001 pc
Entre action et réflexion, le jeu PC n’est pas près de s’éteindre.

Même s’ils sont de plus en plus portés sur consoles à cette époque, les jeux PC restent fortement attachés à leur support d’origine, surtout quand il s’agit de jeux de gestion comme Civilization III ou de recherche comme Myst III. Les jeux de shoot restent de sérieux représentants avec Return to Castle Wolfenstein qui modernise fortement la saga, le Ghost Recon et Tom Clancy qui se démarque de Rainbow Six, mais surtout l’impressionnant Max Payne qui s’inspire fortement de Matrix avec sa possibilité de ralentir le temps pour mieux plonger vers ses ennemis en tirant.

 

Des bornes d’Arcade toujours présentes

image 2001 arcade
Moins influent que dans les années 90, l’Arcade continue toutefois de sortir de sacrés bons jeux.

Légèrement en baisse et comportant de moins en moins d’exclusivités, les salles d’Arcade demeurent un lieu d’accueil privilégiés pour certains genres phare. C’est notamment le cas des jeux de combat, qui s’émancipent avec The King of Fighters 2001, mais surtout l’excellent cross-over Capcom versus SNK 2 et son casting de grande qualité. En 3D, les concurrents de toujours s’affrontent à nouveau avec Tekken 4 qui effectue un joli retour aux sources, ainsi que Virtua Fighter 4 qui ne verra jamais le jour sur console Sega.

Outre le beat’em up Sengoku 3, le shoot’em up vertical Ikaruga fait sensation pour sa difficulté et sera de son côté porté sur les DreamCast japonaises. On y trouve aussi Super Monkey Ball, qui accompagne le lancement de la Game Cube, ainsi que Resident Evil Survivor 2, qui exploitera le G-Con 2 de la PlayStation 2 dans une sympathique revisite de Resident Evil Code Veronica. Pour les amateurs de jeux de rythme, il est aussi possible de s’amuser sur Dance Dance Revolution 5th et 6th Mix.

 

Mon top 10 des meilleurs jeux de 2001

Compte-tenu des jeux que j’ai faits et préférés, voici mon top 10 des meilleurs de 2001 :

10ème : Ace Attorney Phoenix Wrightimage 2001 top 10
9ème : Conker’s bad Fur Day
8ème : Super Smash Bros. Melee
7ème : Onimusha
6ème : Max Payne
5ème : Final Fantasy X
4ème : Capcom versus SNK 2
3ème : The Legend of Zelda Oracle of Ages / Seasons
2ème : Silent Hill 2
1er : Metal Gear Solid 2

 

Dans la même rubrique

 

Emmanuel Delextrat

Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j'ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La soupe aux choux, mais aussi de nombreux dessins animés (courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo ; longs métrages Disney avec Alice au pays des merveilles en tête ; animés japonais avec Sailor Moon et Dragon Ball Z ; j'aime aussi particulièrement Batman et Tintin). Mes années 90 ont été bercées par les comédies de Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête), ou d'autres films que j'adore comme Les valeurs de la famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à tout prix). C'est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par The Dark Knight, Casino Royale, Dragon l'histoire de Bruce Lee ou encore Rambo. Collectionneur, j'attache de l'importance au matériel et j'ai réuni deux étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Il va sans dire qu'il m'en reste encore beaucoup à voir...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :