Psychose de Alfred Hitchcock

Date de sortie 2 novembre 1960 (1h 49min)
De Alfred Hitchcock
Avec Anthony Perkins, Janet Leigh, John Gavin, Vera Miles, Martin Balsam, John McIntire, Simon Oakland, Vaughn Taylor …
Genres Thriller, Epouvante-horreur
Nationalité Américain
Musique : Bernard Herrmann

L’une des plus grande référence du cinéma

Synopsis

Marion Crane en a assez de ne pouvoir mener sa vie comme elle l’entend. Son travail ne la passionne plus, son amant ne peut l’épouser car il doit verser une énorme pension alimentaire le laissant sans le sou… Mais un beau jour, son patron lui demande de déposer 40 000 dollars à la banque. La tentation est trop grande, et Marion s’enfuit avec l’argent.
Très vite la panique commence à se faire sentir. Partagée entre l’angoisse de se faire prendre et l’excitation de mener une nouvelle vie, Marion roule vers une destination qu’elle n’atteindra jamais. La pluie est battante, la jeune femme s’arrête près d’un motel, tenu par un sympathique gérant nommé Norman Bates, mais qui doit supporter le caractère possessif de sa mère.
Après un copieux repas avec Norman, Marion prend toutes ses précautions afin de dissimuler l’argent. Pour se délasser de cette journée, elle prend une douche…

Aujourd’hui on revisite un de mes classiques préféré, un film du grand Alfred Hitchcock : je parle bien-sûr de Psychose qui, encore aujourd’hui, inspire des réalisateurs. Le maître du suspense, qui nous avait déjà surpris avec Les Oiseaux ou La mort aux trousses ou encore Fenêtre sur cours, livre ici un film au suspense extraordinaire avec Psychose en mettant en scène Anthony Perkins dans le rôle de l’inquiétant Norman Bates, gérant d’un motel mais aussi un meurtrier qui cache bien son jeu. On retiendra, dès le début du film, son générique inoubliable avec une musique que compose Bernard Herrmann, ce qui met le spectateur rapidement dans l’ambiance. D’ailleurs il y a plein de choses qui font de ce film un grand classique : son protagoniste principal, sa maison angoissante et l’ambiance que le film dégage. Au premier abord Norman paraît être quelqu’un de normal, mais il y a quelque chose qui cloche quand même. Que se passe-t-il au Bate’s Motel ?

Norman Bates vit avec sa mère, enfin c’est ce qu’il dit mais on l’entend sans la voir ou presque. On l’aperçoit devant sa fenêtre quand Marion arrive au Motel. Comme toute personne devrait avoir vu ce film, je vais spoiler je vous avertit. Tout d’abord commençons par le début, car le film débute à Phoenix où Marion Crane est avec son amant dans un hôtel. Marion Crane est le personnage du film qui va tout déclencher. Marion n’aime plus son travail mais un jour, son patron lui confie 40 000$ pour qu’elle les dépose à la banque, mais elle préfère les garder pour elle et fuir la ville pour mener une nouvelle vie. Avec l’angoisse de se faire prendre et l’excitation de mener une nouvelle vie, Marion roule vers l’inconnu et vers une mort certaine lorsque cette dernière fait halte au Bates Motel. Le motel est tenu par le serviable Norman Bates, sa maison sur la colline domine le motel, une demeure inquiétante qui ne rassure pas. Norman y vit avec sa mère qui ne semble pas ravi de l’arrivée de la jeune fille, et Marion peut y entendre la dispute entre la mère et le fils. Norman offre un repas à Marion car les restaurants sont assez loin du motel. Après elle décide de se détendre et de prendre une douche, un moment de détente qui sera de courte durée car derrière le rideau de douche, une silhouette apparaît armée d’un couteau et assassine Marion de plusieurs coups de couteaux. On est à une époque où c’est encore soft : pas d’excès de violence et donc très peu de sang et peu visible en noir et blanc, mais on le devine. De son bureau, avant le meurtre, Norman observait la jeune femme dans sa chambre grâce à une ouverture faite par lui dans le mur pour épier les clients. A Phoenix, les proches de Marion commencent à sérieusement s’inquiéter de la disparition de la jeune femme. La sœur de Marion charge le détective Arbogast d’enquêter sur cette disparition mais le cauchemar ne fait que commencer.

Psychose n’est pas qu’un simple film mais un grand film, une référence dans le genre. La mise en scène d’Alfred Hitchcock est exemplaire et chaque scène est maîtrisée. On retiendra évidemment la scène de la douche, devenue culte dont beaucoup se sont inspirés. C’est d’ailleurs grâce cette scène mythique que Hitchcock eut le statut de maître, un travail qui ne fut pas de tout repos car sept jours de tournage ont été nécessaires pour la scène de la douche, avec 70 prises différentes quand même. Autant de jours pour une scène qui, au final, ne dure que 45 secondes mais bon quelle scène aussi. Certains considère Psychose comme un film d’horreur, mais ce n’en ai pas un pas pour moi. Il s’agit d’un thriller avec une intrigue policière, car il y a toute une enquête sur la disparition de Marion Crane. Pour ce qui est de Norman Bates, il s’agit d’un homme discret qui est aussi un meurtrier minutieux doté d’une double personnalité, cette dernière nous est parfaitement expliquée à la fin du film d’ailleurs. On doit le scénario du film à Joseph Stefano, un jeune scénariste qui, avec Psychose, n’en est qu’à son troisième scénario. Il a donc peu d’expérience mais loin d’être mauvais, au contraire le talent du jeune scénariste est indéniable. Un scénario du livre de Robert Bloch où le jeune scénariste de son talent d’écriture livre une enquête policière sur la recherche de Marion, puis tente de nous cacher que Norman Bates est le tueur, histoire de nous embrouiller. La réaction de Norman lors de la mort de Marion est ambiguë : on aurait pu croire qu’il est innocent mais au moment du meurtre de Marion, il était sa mère et découvre le corps de Marion avec étonnement en tant que Norman. Au casting du film on retrouve Anthony Perkins en Norman Bates, Janet Leigh en Marion Crane, Vera Miles est Lila Crane soeur de Marion ainsi que Martin Balsam dans le rôle d’Arbogast. Aujourd’hui le film reste encore une référence du genre, un modèle de mise en scène et un film qui est juste indémodable.

Bande annonce

Orel

Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :