Aller à la barre d’outils

127 Heures de Danny Boyle

Sortie23 février 2011
Durée 1h 34min
Genre Drame, Thriller, Aventure, Biopic
De Danny Boyle
Avec James Franco, Amber Tamblyn, Kate Mara, Clémence Poésy, Lizzy Caplan, Treat Williams…
Nationalités Américain, Britannique
Musique A.R Rahman

 

Des heures en enfer

 

Synopsis

Le 26 avril 2003, Aron Ralston, jeune homme de vingt-sept ans, se met en route pour une randonnée dans les gorges de l’Utah.
Il est seul et n’a prévenu personne de son excursion. Alpiniste expérimenté, il collectionne les plus beaux sommets de la région.
Pourtant, au fin fond d’un canyon reculé, l’impensable survient : au-dessus de lui un rocher se détache et emprisonne son bras dans le mur de rocaille. Le voilà pris au piège, menacé de déshydratation et d’hypothermie, en proie à des hallucinations…
Il parle à son ex petite amie, sa famille, et se demande si les deux filles qu’il a rencontrées dans le canyon juste avant son accident seront les dernières.
Cinq jours plus tard, comprenant que les secours n’arriveront pas, il va devoir prendre la plus grave décision de son existence…

Danny Boyle aime bien aborder tout les genres, que ce soit l’horreur avec 28 jours plus tard, ou bien les drames comme Trainspotting ou bien Slumdog Millionaire. Quoiqu’avec Trainspotting, il y ait aussi un côté humoristique. Le réalisateur aime bien aussi se pencher, sur les biopic comme Jobs avec Michael Fassbender. Le réalisateur Britannique, ne met pas tout le monde d’accord pourtant sur ce qui est de sa filmographie. L’exemple avec La Plage film avec Leonardo Dicaprio et Virginie Ledoyen, qui est pourtant loin d’être mauvais. En 2011 le réalisateur adapte l’histoire vraie d’Aron Ralston, un jeune homme de 27 ans un sportif parti faire une randonnée dans gorges de l’Utah et qui après une chute se trouve coincée le bras sous un rocher. Il resta comme ça 127 heures, une expérience horrible pour cet homme. En faire un film est pourtant un risque, car il faut arriver à captiver le spectateur. Ce n’est pas un problème pour Danny Boyle, puisque le film nous montre la difficulté qu’a rencontrée le jeune homme durant ces heures. On y voit son ex-petite amie, les erreurs qu’il a pu commise en amour. À l’affiche James Franco, joue Aron Ralston à merveille, il tient à lui seul le film même si quelques comédiens s’ajoutent vaguement au récit. Ce film de Danny Boyle, est oeuvre importante car elle montre le courage d’un homme face à une situation ou il était impossible de s’en sortir.

Aron Ralston est un alpiniste chevronné, il est très expérimenté. Ce jour-là il part, dans les gorges de l’Utah, pour une randonnée il ne prévient personne de son départ et s’en va. Il prend son vélo au matin, après avoir dormi dans sa voiture. Puis il rencontre deux jeunes femmes, qui semblent perdues Aron qui connaît bien les lieux leur montre puis il passe un moment avec elles, et pique même une tête dans une source. Puis ils se séparent et Aron continue son excursion, il laisse son vélo, et grimpe à pied. On voit que le jeune homme a l’habitude, de faire ça mais il glisse et fait une chute, entraînant un rocher qui bloque son bras contre la paroi rocheuse. Aron n’a plus aucun moyen de pouvoir sortir, d’autant plus que la douleur est immense. Il appel au secours, espérant que les jeunes filles qu’il avait rencontrées l’entendent mais rien n’y fait. La déshydratation prend le dessus, il ne reste que quelques gorgées d’eau dans sa gourde, puis l’hypothermie arrive aussi il commence à avoir des hallucinations. N’ayant plus d’eau, il sera contraint de boire son urine. Durant ses 127 heures, des souvenirs reviennent dont la liaison qu’il a eu avec Rana ainsi que sa rupture avec elle. Lors de ses hallucinations il voit sa famille, son père, sa mère et sa soeur une future mariée. Aron est persuadé qu’il va mourir, car les heures défilent sa main droite est morte le sang ne circule plus à l’intérieur. C’est alors qu’Aron va devoir prendre, une décision difficile et qui sera la seule solution pour s’en sortir. Ce qu’on connaissait d’Aron Ralston, c’est qu’il c’était coupé son bras pour pouvoir se libérer. Il aura mis quelques heures a coupé son bras, car il n’avait qu’un canif qui coupé très mal ainsi il fallait faire attention avec les tendons. Mise en scène splendide de Danny Boyle, où il filme très bien ce qu’endure Aron le temps qui passe, mais aussi la douleur qu’il ressent. La scène ou ce dernier se coupe le bras, est assez difficile car on voit l’immense douleur qu’il ressent surtout quand il touche les tendons.

Danny Boyle joue beaucoup avec le son, dans son film surtout d’ailleurs dans cette scène ou il se coupe le bras. Car dès qu’il touche un tendon, un crissement se fait entendre pour faire ressentir aux spectateurs la douleur que ressent le jeune homme. Une bonne idée qu’a eue le réalisateur, en introduisant ce son car on est en quelque sorte en immersion avec Aron. Le scénario de Danny Boyle et Simon Beaufoy, se concentre sur le passé d’Aron mais aussi sur ce qu’il a vécu durant les 127 heures, dans ce trou, avec des hallucinations en plus. Les thèmes du film sont intéressants, comme la peur de mourir, sentiment que ressent Aron durant son calvaire. Mais il y a aussi des remises en question, sur sa vie propre vie. On pourra saluer la photographie d’Enrique Chediak, qui offre des plans de toute beauté sur les gorges de l’Utah. 127 heures, est une oeuvre sincère, qui permet de comprendre ce qu’a vécu cet homme, qui eut un courage incroyable, un film important dans la carrière de ce réalisateur admirable.

Bande annonce

Orel

Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :