The Nightingale de Jennifer Kent

Sortie 9 mars 2021 sur OCS
Durée 2h 16min
Genre Thriller, Drame, Historique
De Jennifer Kent
Avec Aisling Franciosi, Sam Claflin, Baykali Ganambarr, Damon Herriman, Ewen Leslie, Harry Greenwood, Magnolia Maymuru…
Musique Jed Kurzel

 

La vengeance dans la peau

 

Synopsis

En 1825, alors que l’Australie est en pleine colonisation. Clare, une prisonnière irlandaise de 21 ans, sert une garnison de l’armée britannique. Un soir, alors qu’elle vient quémander une lettre pour obtenir sa libération et celle de sa famille, l’officier Hawkins abuse d’elle, puis trois soldats assassinent son mari et leur enfant sous les yeux de la jeune femme. Clare se lance aux trousses des militaires, partis à travers le bush. Elle fait appel à Billy, un aborigène, pour la guider dans la forêt tasmanienne pleine de dangers. La tension ne faiblit jamais dans ce deuxième film très sombre de Jennifer Kent qui a remporté le prix spécial du jury lors de la 75e Mostra de Venise en 2018.

La réalisatrice Jennifer Kent après Mister Babadook film horrifique/dramatique, livre son nouveau long-métrage le film date de 2018, mais ne sort chez nous que cette année, mieux vaut tard que jamais comme on dit. Il aura fallu attendre 4 ans avant que la réalisatrice ne sorte son nouveau film, pour nous, il aura fallu attendre quand même 7 ans. Le film est disponible en Blu-ray, mais également sur OCS pour un temps limité. Jennifer Kent change de registre ici, ou la vengeance est le thème principal. C’est un film qui est pour un public averti, car il y a de nombreuses scènes choquantes des scènes de viol, et même deux infanticides de quoi secoué. Présenté à la Mostra de Venise en 2018, le film fut récompensé et cela se comprend car la qualité est là. Cependant, le film a fait polémique lors de sa présentation, en raison des scènes de viols ou encore d’infanticide. C’est un film éprouvant qui traite également du racisme, après ce film vous détesterez Sam Clafin dans le rôle d’un soldat sans pitié violeur et tueur d’enfants. Le talent d’auteure, de Jennifer Kent est impressionnant même si je n’avais pas forcément apprécié plus que ça son précédent long-métrage, il faut dire que ce dernier m’a plus captivé. On ne s’ennuie jamais, un film choc qu’il faudra retenir cette année, ou la comédienne Aisling Franciosi nous montre son talent.

Nous sommes en 1825 Clare et son mari Aiden, vivent dans une maison avec leur bébé, mais ne sont pas un couple libre. En effet, son mari et elle sont des prisonniers, elle sert une garnison à l’armée britannique et c’est l’officier Hawkins qui décide s’ils sont libres. Un soir Hawkins demande à Clare de venir a sa maison, en espérant qu’il lui accorde sa libération, mais a la place, il abuse d’elle. Pour Aiden le mari de Clare, il est temps qu’ils soient enfin libres et quand il fait sa demande a Hawkins ils se battent. L’officier Hawkins qui souhaite être général dans une ville plus loin, voit sa carrière menacée à cause de cette bagarre. Il se rend alors avec des hommes a lui chez Clare et Aiden, et Hawkins viole Clare devant les yeux de son mari puis un des hommes a Hawkins viole à nouveau Clare. Le bébé en pleurs insupporte l’officier qui demande, a le faire taire et le bébé est tué d’un violent coup sur la tête sous les yeux de la mère, et le mari est abattu également sous ses yeux. L’officier et ses hommes quittent les lieux, et décident de se rendre en ville afin d’avoir le post tant convoité de général. Clare décide de partir en quête de vengeance et de tuer Hawkins et ses hommes, elle emmène avec elle un homme noir du nom de Billy et dans cette Australie raciste les relations entre elle et lui sont difficile. Mais tous les deux ont un passé douloureux, et cette quête vengeance que veut mener Clare est une occasion pour Billy de se venger également. Avant sa sortie, on n’en parla que très peu et au vu des conditions sanitaire actuelles, il n’est pas évident de faire la promotion d’un film même si c’est de la VOD ou streaming parfois. Toujours est-il que la réalisatrice Jennifer Kent, revient avec un film choc ou le thème sur la vengeance est parfaitement mise en scène. Au vu de ce qu’à vécu cette jeune femme, on se demande si elle pourra se reconstruire ou alors dans cette vengeance ou elle s’engage il n’y a plus rien à perdre. Les films sur le thème de la vengeance, il y en a beaucoup, c’est plus ou moins bon et ce dernier s’en tire très bien la qualité de l’écriture de Jennifer Kent y est aussi pour quelque chose.

La réalisatrice australienne, pour son récit s’inspire de la colonisation de l’Australie et nous sommes, 1825, ou une jeune femme prisonnière purge sa peine avec son mari. C’est tout d’abord dans le traitement des personnages, que le film brille, celui de Clare principalement en quête de vengeance, cette dernière a vu son mari et son bébé mourir sous ses yeux. Durant tout le récit, on voit que la jeune femme est hantée par leur mort et elle est déterminée à se venger. Le chagrin ne cesse de la ronger, elle est accompagnée de Billy un homme noir qu’elle nommera Boy, qu’elle n’apprécie guère à cause de la couleur de sa peau. Billy est aussi rongé par la tristesse, car lui aussi a tout perdu. On ne peut que détester Hawkins, lieutenant qui viole Clare et tueur de son bébé et d’un autre enfant qu’il tuera d’une balle. Un personnage très bien écrit, et pour cette raison, on ne peut que le haïr. Jennifer Kent n’en fait pas qu’un simple récit sur une quête de vengeance, car elle filme principalement le périple de Clare et Billy qui nous permet de mieux les connaître. La traversée que font Clare et Billy, est pleine de danger, mais les rapproche toujours plus près dans la quête qu’a décider d’entreprendre la jeune femme. La jeune femme découvrira que Billy, est un homme blessé tout comme elle et cela les rapprochera. Le début du film est éprouvant, les scènes de viol sont difficile tout comme la mort du bébé, qui est rapide, mais d’autant plus choquante. La brutalité de la scène, fait qu’il est difficile de ne pas être sous le choc. Surtout que ce n’est pas le seul infanticide dont le film dispose, car dans sa dernière partie Hawkins exécute un enfant d’une balle. Une autre scène de viol sera montrée au cours du film, ou Hawkins et son officier abuse d’une femme d’une tribu et la tue. C’est surtout dans sa première partie que le film est difficile, pour être plus calme par la suite. Le casting du film est formidable Aisling Franciosi, est pour ma part une révélation, dans le rôle de Clare, Baykali Ganambarr dans le rôle de Billy livre une excellente prestation. Sam Clafin en officier Hawkins est détestable, c’est un véritable salaud très convaincant. La mise en scène de Jennifer Kent est exemplaire, c’est un récit certes éprouvant, mais dont le thème de la vengeance dispose d’une réalisation des plus brillante.

Bande annonce

Orel

Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :