J’ai tué ma mère, de Xavier Dolan

Date de sortie : 15 juillet 2009
Réalisateur : Xavier Dolan
Acteurs principaux : Xavier Dolan, Anne Dorval, Suzanne Clément, François Arnaud
Genre : Drame
Nationalité : Québécoise
Durée : 100 minutes

 

 

Synopsis

Hubert Minel n’aime pas sa mère. Du haut de ses 17 ans, il la jauge avec mépris, ne voit que ses pulls ringards, sa décoration kitsch et les miettes de pain qui se logent à la commissure de ses lèvres quand elle mange bruyamment. Au-delà de ces irritantes surfaces, il y a aussi la manipulation et la culpabilisation, mécanismes chers à sa génitrice. Confus par cette relation amour-haine qui l’obsède de plus en plus, Hubert vague dans les arcanes d’une adolescence à la fois marginale et typique -découvertes artistiques, expériences illicites, ouverture à l’amitié, sexe et ostracisme- rongé par la hargne qu’il éprouve à l’égard d’une femme qu’il aimait pourtant jadis.

 

 

Mon ressenti

Dans ce tout premier film du réalisateur québécois Xavier Dolan, âgé tout juste de 20 ans, nous découvrons les prémices de ce que sera sa vision du cinéma, avec une tonalité dramatique, un rapport maternel délicat, une sensibilité accrue et des références à ses auteurs fétiches (Cocteau notamment). Ce film est inspiré d’une nouvelle que le réalisateur a écrite alors qu’il n’était qu’adolescent et on peut déjà ressentir une rancoeur envers sa mère, et cette figure maternelle revient régulièrement dans chaque long métrage qu’il réalise.

Bien qu’imparfait, notamment au niveau de la lumière ou du décor, on se prend rapidement d’affection pour le personnage d’Hubert et on se sent rapidement emporté par toute cette rage qu’il a envers Chantal, qui tente, tant bien que mal, de donner ce qu’elle a à son fils.

Ce long-métrage alterne entre monologues en noir et blanc et les mésaventures d’Hubert et sa relation affective avec Antonin. Ce dernier vit quant à lui une existence paisible auprès de sa mère. Créant un réel contraste entre les deux hommes.

Je recommande ce film à tout adolescent qui se sentirait en conflit avec ses parents et inversement, à tout parent qui a besoin de comprendre ses relations avec son ado. Attention, certaines scènes restent tout de même réservées à un public averti.

Bande annonce

 

Diane Bechet

Diane, nantaise d'adoption. Rédactrice passionnée, voyageuse en escale, cosplayeuse. Je rédige sur mon blog lescarnetsdenaid.com des contenus sur mes passions diverses. Cinéphile novice, j'apprécie particulièrement les drames et le cinéma québécois.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :